Energies Marines

Actualité

Parc éolien de Saint-Brieuc : La campagne géotechnique en cours

Suite à l’obtention des autorisations administratives délivrées par le préfet des Côtes-d’Armor le 18 avril, le projet de parc éolien au large de Saint-Brieuc est entré en phase de pré-construction. Après avoir mené fin avril et en mai une campagne « UXO » (UneXploded Ordnance), destinée à identifier et traiter d’éventuels engins explosifs historiques présents au fond de la mer, le consortium Ailes Marines a missionné le groupe Fugro pour réaliser une campagne géotechnique complète sur le périmètre du futur champ. Cette campagne, qui couvre l’ensemble des positions qu’occuperont les 62 éoliennes offshore et la sous-station électrique du parc, est menée par trois navires. Le Gargano (72 mètres) et le Fugro Synergy (104 mètres) sont chargés des opérations de carottage, alors que le Glomar Vantage (56 mètres) s’occupe des tests de pénétration.

« En 2012, une première étude géotechnique a permis d’étudier la nature des sols sous-marins dans la zone du futur parc éolien et de s’orienter vers un type de fondations. La campagne géotechnique actuelle, plus approfondie, s’inscrit dans la continuité de cette étude. Elle vise à définir avec exactitude la composition du sol et du sous-sol marin de chaque élément du parc éolien, et à vérifier certaines propriétés déterminantes pour l’installation des éoliennes (élasticité, perméabilité, résistance à la compression, au cisaillement, etc.). Ces données complémentaires permettront d’affiner le dimensionnement des fondations des éoliennes et l’ensouillabilité (enfouissement) des câbles inter-éoliennes », précise Ailes Marines.

 

Echantillon de carrote géologique (©  FUGRO)

Le pont du Fugro Synergy avec les équipements de forage (©  FUGRO)

 

Débutée mi-juin, la campagne devrait s’achever dans le courant du mois de septembre. Les navires réalisant les carottages resteront entre 2 et 4 jours à l’emplacement de chaque éolienne. Les tests de pénétration, quant à eux, nécessiteront entre 2 et 6 heures de travail. « Afin de suivre avec précision l’avancement des opérations, des représentants d’Ailes Marines sont présents à bord de chaque navire. Une coordination a été définie en amont entre les autorités compétentes, les comités des pêches et Ailes Marines. Un arrêté préfectoral interdit la navigation, le stationnement et le mouillage de tout navire et engin de plaisance, ainsi que la pratique de la pêche, de la baignade et de la plongée sous-marine à moins de 0,25 mille marin (400 mètres environ) des navires ».

En raison de leurs dimensions et de leurs tirants d’eau, les navires n’opèrent pas à partir d’un port costarmoricain. Ils effectueront des allers-retours entre la baie de Saint-Brieuc et le port de Saint-Malo afin de pouvoir se ravitailler.

 

Le Fugro Synergy à Saint-Malo il y a quelques jours (©  MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

 

Pour mémoire, Ailes Marines regroupe Iberdrola, RES et la Caisse des Dépôts. Le parc doit comprendre 62 éoliennes Adwen AD8-180 de 8 MW chacune, soit une puissance totale pour le parc de 496 MW. Les machines hautes de 192 mètres, reposeront sur une fondation métallique de type jacket d'une hauteur de 70 mètres. Le début des travaux de construction du parc est prévu, au mieux, pour le second semestre 2018.

 

Emplacement du futur parc (©  AILES MARINES)

Energies Marines Renouvelables