Energies Marines
Eolien : Après le hub nazairien, Charrier va aménager un site de stockage à La Rochelle

Actualité

Eolien : Après le hub nazairien, Charrier va aménager un site de stockage à La Rochelle

Energies Marines
Vie Portuaire

Dans le cadre de la construction du parc éolien développé par EDF et Enbridge sur le banc de Guérande, un hub logistique a été aménagé ces dernières années dans le port de Saint-Nazaire, près de la forme Joubert. Il servira notamment au stockage des turbines, pales et mâts avant leur embarquement sur les navires chargés de leur installation en mer. Un second site logistique va également être aménagé pour ce projet, cette fois à La Rochelle. Une emprise qui servira à stocker les fondations monopiles qui supporteront les mâts des éoliennes. Le groupe belge DEME, en charge de l’installation des machines, a pour cela fait appel à Sarens, qui a choisi Charier pour aménager le site rochelais. L’entreprise de travaux publics nantaise avait déjà remporté en 2020 l’aménagement du hub logistique de Saint-Nazaire, avec une offre collaborative initiée au sein de Neopolia et intégrant deux autres membres du réseau, CNI et Gestal. Cette fois, Charier a décroché le contrat en direct. « Un message fort pour les membres Neopolia, puisqu’il est l’illustration de la force du collaboratif qui continue de ruisseler en direction des entreprises après avoir remporté une offre ensemble. Ces réussites démontrent aussi le positionnement solide acquis à présent sur ces marchés, grâce aux actions de lobbying et de soutien aux acteurs locaux entreprises par Neopolia depuis plusieurs années », affirme Neopolia.

Le champ de Saint-Nazaire doit pour mémoire être opérationnel fin 2022. Il comprendra 80 éoliennes Haliade-150 de 6 MW de General Electric, qui produit les turbines et nacelles dans son usine de Montoir-de-Bretagne, près de Saint-Nazaire et les pales sur son site de Cherbourg. La réalisation des 80 monopiles en acier et autant de pièces de transition (cet élément assure la jonction entre la fondation et le mât) a été confiée à Eiffage, qui sous-traite à la société néerlandaise Sif. Celle-ci va traiter dans le cadre de ce projet 77.000 tonnes d’acier et livrera donc les fondations à La Rochelle avant leur installation en mer par SDI, filiale de DEME. Les travaux d’installation de ces fondations doivent débuter en mer cette année en vue d’une pose des éoliennes l’an prochain. Cet été doit également se dérouler la mise en place de la sous-station électrique de ce futur parc de 480 MW, qui est actuellement réalisée par les Chantiers de l’Atlantique.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

 

Port de La Rochelle