Construction Navale
Partager les capacités entre chantiers pour gagner de nouvelles commandes

Actualité

Partager les capacités entre chantiers pour gagner de nouvelles commandes

Construction Navale

Aker Yards voit dans sa croissance une augmentation constante de ses capacités et, par mise en commun de l’outil de production, des opportunités à saisir en matière de contrats. Suivant le principe du « plus de chantiers = plus de place », le groupe s’est engagé dans une démarche ambitieuse de flexibilité entre sites et d’optimisation des plans de charges. Pour Yrjö Julin, président de la division Cruise & Ferries : « Nous devons faire des synergies et partager les capacités entre les différents chantiers. C’est ainsi que des blocs de navires réalisés par Cruise & Ferries sont faits par des sites de la branche Merchant Vessels ». Particulièrement sollicités en raison d’un carnet de commandes plein, Turku, Rauma et Helsinki réalisent déjà, les uns pour les autres, des ensembles de coque. Saint-Nazaire a, d’emblée, été associée à cette politique. Ainsi, les ex-Chantiers de l’Atlantique réalisent actuellement 40% de la coque d’un ferry de la classe Galaxy, destiné à la compagnie estonienne Tallink. La section, qui a permis de combler un trou de charge dans les ateliers « coque métallique » français, rejoindra la Finlande, en remorque, l’hiver prochain. « Rauma et Saint-Nazaire étaient en sous charge et, en additionnant ces petites capacités, nous sommes parvenus à prendre un navire ».

Une organisation très pointue

Une telle organisation, qui permet de répartir, en interne, les surcroîts de travail de telle ou telle division, nécessite énormément de communication : « Tous les lundi matin, les présidents des divisions ont une conférence téléphonique pour faire le point sur l’état d’avancement des navires. De plus, une fois par mois, nous nous rencontrons dans l’un des 17 chantiers du groupe et tout cela, même pendant les vacances. Bien entendu, les relations ne se limitent pas qu’au suivi des plans de charge. Grâce au partage, chaque site trouve également des solutions en s’inspirant des pratiques en cours dans les autres chantiers », affirme le patron de Cruise & Ferries, tout en ajoutant que le rachat d’Alstom Marine ne doit pas se réduire à la simple construction de blocs destinés à Turku, Helsinki ou Rauma : « Ce serait sous-estimer les compétences et l’histoire de Saint-Nazaire. Aucun autre chantier n’aurait été capable de faire le Queen Mary 2. Nous n’avons donc pas réalisé cette acquisition pour accroître les capacités des chantiers finlandais mais nous avons acquis un chantier et ses capacités en France, où des navires entiers seront construits ». Dans l’esprit des dirigeants d’Aker Yards, la stratégie de groupe doit jouer à plein, notamment en matière d’innovation, de process industriels et d’amélioration des coûts. D’autre part, bien que parfois, la marge financière résultant d’un des contrats « bouche trou » est faible, la mutualisation des disponibilités dans les différents sites permet à l’ensemble des chantiers de décrocher des contrats supplémentaires, commandes qu’ils n’auraient pas été en mesure d’honorer seuls.
________________________________________

Voir la fiche technique du Queen Mary 2

Voir la fiche technique du MS Galaxy

Voir l'interview d'Yrjö Julin

Voir la fiche entreprise d'Aker Yards


Plongée au coeur d'Aker Yards