Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Pas l’ombre d’un porte-avions chinois au large de la Syrie

Défense

La rumeur a fait le tour de la planète ces derniers jours. D’après certains sites Internet, le porte-avions chinois Liaoning aurait franchi le canal de Suez et se serait posté au large de la Syrie, voire même, disent certains, aurait fait escale à Tartous. Les informations les plus étonnantes, comme une intervention chinoise aux côtes des Russes contre les groupes islamistes en Syrie, ont été avancées.

Au final, si le premier porte-avions chinois s’aventurera probablement, un jour, jusqu’en Méditerranée, ce n’est pas pour cette fois. Des sources militaires occidentales, qui surveillent en permanence les mouvements dans la région et plus particulièrement ce qui se passe en Syrie et au large de ses côtes, confirment que le Liaoning ne s’y trouve pas. Si une force navale chinoise a bien croisé en Méditerranée récemment, avec semble-t-il une possible escale technique à Tartous, le porte-avions n’en faisait pas partie.

Le contraire eut, en fait, été étonnant car le Liaoning n’est sans doute pas encore opérationnel. Le bâtiment, qui a débuté ses essais en mer en 2012, n’a encore participé à aucune grande manœuvre internationale. On voit donc mal comment son groupe aérien embarqué, si tant est qu’il soit déjà en capacité de mener des frappes contre des objectifs terrestres, pourrait s’intégrer sur un théâtre d’opération où sont engagées de nombreuses forces internationales.

 

J15 en essais sur le Liaoning (© : NEWS.CN)

J15 en essais sur le Liaoning (© : NEWS.CN)

 

Racheté à la Russie qui en avait interrompu la construction suite à l’effondrement de l’Union soviétique, l’ex-Varyag a été remorqué en 2002 à Dalian. Repris officiellement pour être transformé en casino flottant, il a finalement été achevé en porte-avions et permet à la Chine de disposer pour la première fois d’un bâtiment de ce type. Long de 304 mètres et affichant un déplacement d’environ 60.000 tonnes en charge, le Liaoning devrait pouvoir mettre en oeuvre jusqu’à 40 aéronefs, dont des chasseurs bombardiers J10 et des intercepteurs J15 (version chinoise du Su-33 russe).

Au moins un autre porte-avions est actuellement en construction en Chine. 

Marine chinoise