Défense
Pas sûr que la marine française se sépare de ses EC225 cet été

Actualité

Pas sûr que la marine française se sépare de ses EC225 cet été

Défense

Maintenue depuis 2010 avec deux EC225, la flottille 32F devrait être mise en sommeil dans quelques mois, ses hélicoptères étant prévus pour quitter l’aéronautique navale française à l’été. Basés à Lanvéoc-Poumic, près de Brest, et à Cherbourg-Maupertus, leur succession doit être assurée par les nouveaux Caïman Marine (NH90), dont 15 exemplaires (sur les 27 commandés) ont été remis aux 31F (Hyères) et 33F (Lanvéoc). Toutefois, le départ des EC225 n’est en fait pas acquis. Compte tenu des nombreuses missions en cours et des efforts encore à produire pour améliorer la disponibilité des nouvelles machines, les marins sont, pour reprendre les propos de l’un d’entre eux, confrontés à « un manque crucial d’hélicoptères ». Tant et si bien que les EC225 pourraient jouer les prolongations et, ainsi, permettre de conserver plus de potentiel pour les Caïman Marine appelés à participer aux opérations militaires, en particulier les embarquements sur frégates, ou simplement aux missions de lutte ASM au large des côtes françaises.

 

Treuillage sur un canot de la SNSM depuis un EC225 (© MARINE NATIONALE)

Treuillage sur un canot de la SNSM depuis un EC225 (© MARINE NATIONALE)

 

Une solution provisoire entre Super Frelon et Caïman Marine

Pour mémoire, la Marine nationale ne devait pas, à l’origine, s’équiper d’EC225, dont la version militaire, l’EC725 Caracal, est en service dans l’armée de Terre et l’armée de l’Air au profit notamment des opérations spéciales. L’achat de deux appareils de ce type, initialement réalisés par Airbus Helicopters pour l’industrie offshore et finalement acquis pour l’aéronautique navale, a découlé du retard du programme NH90. En 2010, il fallait en effet impérativement remplacer les Super Frelon, qui ne pouvaient être maintenus plus longtemps, par un moyen à long rayon d’action capable d’assurer des missions de sauvetage hauturier et éventuellement de contre-terrorisme maritime. En attendant la livraison, la mise en service et la montée en puissance des Caïman, la 32F a donc été maintenue provisoirement avec des EC225. Et comme souvent, le provisoire est devenu durable puisque cela fait maintenant près de six ans que les machines officient au sein de l'aéronautique navale. On rappellera que ces hélicoptères ont d’abord été employés ensemble depuis Lanvéoc avant que l’un d’eux soit affecté à Maupertus en janvier 2013, permettant d’accroître les moyens de sauvetage à disposition du préfet maritime de la Manche et de la mer du Nord. Le Dauphin de Service Public de la 35F auparavant basé à Cherbourg avait quant à lui rejoint Hyères. 

 

Dépose de fret médical sur un ferry (© MARINE NATIONALE)

Dépose de fret médical sur un ferry (© MARINE NATIONALE)

Entrainement avec les commandos (© MARINE NATIONALE)

Entrainement avec les commandos (© MARINE NATIONALE)

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française