Défense
Patricia Adam :  « Pour les USA, l'Europe a les moyens d'assurer seule sa sécurité »

Interview

Patricia Adam : « Pour les USA, l'Europe a les moyens d'assurer seule sa sécurité »

Défense

Membre de la Commission de la Défense de l'Assemblée nationale, Patricia Adam, députée du Finistère, a accepté de nous accorder une longue interview. Dans cet entretien, nous sommes revenus sur la mise en oeuvre de la Loi de programmation militaire, les conséquences de la restructuration du ministère de la Défense et des restrictions budgétaires, les menaces qui pèsent sur certains programmes et la nécessité de mieux prendre en compte le fait maritime dans les questions de sécurité. Dans le sillage de François Hollande, candidat socialiste à l'élection présidentielle, Patricia Adam appelle également à la construction d'une véritable Europe de la Défense, au moment où les Etats-Unis se désengagent du « Vieux continent ». Dans une seconde partie de l'interview, diffusée séparément, nous reviendrons demain, avec Patricia Adam, sur l'Action de l'Etat en Mer, une problématique sur laquelle l'élue finistérienne a récemment remis un rapport avec son collègue Philippe Vitel, député du Var.
_______________________________________________________

MER ET MARINE : Ces dernières années, on a observé des investissements assez élevés pour l'équipement des armées. Le chef de l'Etat et le ministre de la Défense assurent que l'effort en faveur de la défense est maintenu. Qu'en est-il de la Loi de Programmation Militaire (LPM). Est-elle respectée ?

PATRICIA ADAM : Non, elle n'aura pas été respectée en l'absence de sincérité dans l'élaboration du budget et de rigueur dans son exécution. La programmation financière repose sur l'hypothèse de ressources dites exceptionnelles, d'un montant attendu de 3.6 milliards d'euros. Ce pari risqué constitue en fait son péché originel. Pour les recettes issues de la vente des fréquences militaires, les contrats n'ont été signés que fin 2011, soit bien plus tard que prévu. Et le constat vaut aussi pour les ressources exceptionnelles issues de la vente d'actifs immobiliers. La redistribution des zones de défense a coûté davantage qu'elle n'a rapporté, en dépit des promesses du gouvernement. Tous ces revenus qui devaient être investis dans les équipements ne l'ont donc pas été. C'était pourtant la priorité affichée du livre blanc de 2008. Peut-être cela sera-t-il le cas en 2012 mais pour le moment, nous avons pris du retard dans l'exécution de la LPM, et des choix capacitaires majeurs ont été reportés à une prochaine programmation, faute de ressources disponibles. La LPM s'applique jusqu'en 2014, mais doit être révisée au bout de quatre ans, soit en 2012. Nous aurons cette même année lanc

Interviews