Défense
Patrouille maritime : l’Atlantique 2 rénové arrive
ABONNÉS

Actualité

Patrouille maritime : l’Atlantique 2 rénové arrive

Défense

L’aviation française de patrouille maritime va connaitre une cure de jouvence avec l’arrivée de l’Atlantique 2 au standard 6. Notifié le 4 octobre 2013 à Dassault Aviation et Thales, le programme a connu cette année une étape cruciale avec la réception des deux premiers appareils modernisés. Parmi eux, celui qui a servi à valider la modernisation avec l’intégration et la rénovation des différents systèmes concernés, ainsi que tous les essais en vol associés. Ce prototype a fait l’objet de travaux et essais au sein d’une équipe intégrée réunissant les industriels, la marine et la Direction Générale de l’Armement (DGA).

Un outil crucial maintenu au-delà de 2030

« La rénovation de l’Atlantique 2 a pour objectif de permettre un emploi opérationnel de l'avion post-2030, sachant que la pérennité de la plateforme (cellule et moteurs) est acquise au-delà de cette date », rappelle-t-on à l’état-major de la Marine nationale. Pour cette dernière, ce programme est stratégique car les avions de patrouille maritime sont un élément clé du dispositif de lutte anti-sous-marine et ils contribuent à la crédibilité de la Force océanique stratégique.

Conçus pour la lutte ASM et antinavire, les ATL2 sont notamment chargés de la protection des approches maritimes et des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) qu’ils escortent en Atlantique lors de leurs départs et retours de patrouilles, veillant à ce qu’aucun sous-marin étranger ne puisse les suivre. Egalement employés au profit du groupe aéronaval, soutenant le porte-avions et son escorte depuis des bases terrestres, ainsi que pour le sauvetage en mer, ces appareils sont par ailleurs très sollicités sur des théâtres d’opérations terrestres. Ils se sont notamment relayés ces dernières années sur le continent africain et au Levant, effectuant des missions de renseignement et de détection d’objectifs, avec aussi la possibilité d’effectuer des bombardements grâce à l’emport de bombes GBU12. L'Atlantique 2 est donc un outil extrêmement polyvalent au service de l'Etat-major des armées. 

 

Atlantique 2 largant une bombe (© : 

Atlantique 2 largant une bombe (© : MARINE NATIONALE)

 

Une frégate volante aux multiples capacités

Considéré par les marins comme une « frégate volante », cet avion de 31.7 mètres de long pour 37.5 mètres d’envergure et 11.7 mètres de hauteur affiche une masse maximale au décollage de 48 tonnes. Très endurant, il peut voler jusqu’à 14 heures et franchir près de 8000 kilomètres. Son équipage est constitué de 10 à 12 personnes selon les missions. Ce bimoteur doté de deux turbopropulseurs Rolls-Royce Tyne Mk21 de 5600 cv chacun est un avion puissant, manoeuvrant et capable de voler à très faible altitude. Il est équipé de hublots d’observation (dans le nez et sur les côtes), d’un radar optimisé pour la surveillance maritime, d’un système optronique avec caméras TV/IR, ainsi que différents moyens pour débusquer des sous-marins en plongée : détecteur d’anomalie magnétique (MAD) dans la queue et de nombreuses bouées acoustiques largables. Les signaux détectés par celles-ci sont traités à bord de l’avion, les pistes recueillies contribuant à la tenue d’une situation tactique qui peut être partagée avec d’autres unités au

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française Dassault Aviation | Toute l'actualité aéronautique navale Thales | Actualité maritime du géant de l'électronique