Défense
PEAN : la flotte française va sortir massivement en exercice

Actualité

PEAN : la flotte française va sortir massivement en exercice

Défense

Une quinzaine de bâtiments de surface, dont le Charles de Gaulle ainsi que trois unités étrangères, vont évoluer la semaine prochaine au large de la Provence. Ces unités sont mobilisées pour PEAN, exercice tactique constituant la phase finale de la préparation opérationnelle du groupe aéronaval français avant son prochain déploiement, prévu début 2020. « Cet entrainement a pour but de forger la capacité de la force navale à opérer dans tous les domaines de lutte (anti-sous-marine, antinavire, anti-aérienne, etc.) et d’accroître le niveau d’entraînement de l’ensemble des unités et équipages composant le groupe aéronaval. Moins de 6 mois après la fin de la mission Clemenceau conduite au printemps dernier, PEAN 19 redonne à la France un groupe aéronaval entrainé et prêt au combat », explique la Marine nationale.

Organisées du 25 novembre au 6 décembre, ces manœuvres auront cette année une ampleur exceptionnelle puisque la Force d’Action Navale profite de la remontée en puissance du Charles de Gaulle pour réaliser simultanément les entrainements habituellement conduits par les bâtiments basés à Toulon dans le cadre des exercices Gabian. Indépendamment ou en groupe plus ou moins importants, jusqu’au grand exercice « de synthèse » prévu début décembre, les unités seront confrontées à différents scenarii pour éprouver leurs équipages et capacités opérationnelles : lutte antiaérienne, antisurface, anti-sous-marine, guerre des mines, menaces asymétriques…

Côté français, en plus du Charles de Gaulle et de son aviation embarquée (20 Rafale Marine dont certains au standard F3R, 1 Hawkeye et 3 hélicoptères Dauphin et Caïman), doivent également participer la frégate de défense aérienne Chevalier Paul, la frégate multi-missions Auvergne, les porte-hélicoptères amphibies Mistral et Tonnerre, les patrouilleurs de haute mer Commandant Bouan et Enseigne de Vaisseau Jacoubet, les chasseurs de mines Orion et Capricorne, les bâtiments de commandement et de ravitaillement Var et Somme, ainsi que le bâtiment de soutien et d’assistance métropolitain Loire. Le concours de l'un des premiers avions de patrouille maritime Atlantique 2 rénovés (standard 6) est prévu, de même qu'un P-8 Poseidon américain. 

Trois bâtiments étrangers complèteront le dispositif, avec de prévus le destroyer américain USS Ross, la frégate lance-missiles espagnole Blas de Lezo, ainsi que la frégate multi-missions italienne Luigi Rizzo.

Marine nationale