Pêche
Pêche : DME livre deux chalutiers construits en Turquie pour les Sables d'Olonne

Actualité

Pêche : DME livre deux chalutiers construits en Turquie pour les Sables d'Olonne

Pêche

Créée en 2005, la société Distribution Marine Equipement a livré, cet été, deux chalutiers construits par les chantiers turcs Moonday, à Istanbul. Après avoir passé avec succès l'inspection des Affaires Maritimes, à Donges, les deux bateaux ont rejoint leur port d'attache, aux Sables d'Olonne. D'une longueur de 11 et 12 mètres, les Loraswan et Trois Frères sont destinés à la pêche côtière, notamment la sole et la seiche. Pour DME, basée à la Trinité-sur-Mer, cette commande était cruciale. La première livraison en France de chalutiers produits en Turquie avait en effet été marquée par de grosses difficultés. Construits par ANA Group, ces bateaux avaient été livrés en juin 2006, avec plusieurs mois de retard : « Nous avons changé de chantier et, cette fois, tout s'est passé impeccablement bien. La visite de sécurité a été passée avec succès. Il n'y a eu que quelques petites retouches mais c'est vraiment resté insignifiant », explique Robert Deschamps, président de DME. Du côté des pêcheurs, Oliier Martin et Benjamin Beauchêne, qui ont suivi, entre la Vendée et la Turquie, la construction de leurs chalutiers, on semblait également satisfait : « C'est conforme à ce qu'on attendait. C'est une expérience enrichissante et une aventure d'aller construire dans un autre pays. J'ai choisi cette solution pour des questions de coût, sinon, je ne pense pas que j'aurais pris le risque », confiait au moment de la livraison Olivier Martin, qui a ainsi pu remplacer le Grizzli par à une unité neuve grâce à des prix avantageux.

Environ 30% moins cher

Entre la construction en Turquie, où les coûts de main d'oeuvre sont notamment moins importants, et la fabrication par un chantier français, la différence de prix serait, selon DME, de l'ordre de 30%. Ainsi, le coût des Loraswan et Trois Frères oscillerait aux alentours de 420.000 euros. Déjà malmenée par la réduction de la flottille tricolore et les réductions de quotas, la filière de construction française voit d'un très mauvais oeil l'arrivée de DME sur un marché national qui se resserre. Alors qu'Olivier Martin reconnait avoir subi quelques remarques sur les quais, Robert Deschamps avoue, quant à lui, s'en être « pris plein la figure ». Dénonçant de « nombreuses pressions », il se félicite des progrès accomplis depuis les difficultés du premier contrat : « Nous avions déjà livré deux autres bateaux qui n'avaient pas fait parler d'eux et avec ces deux nouveaux chalutiers, nous remontons la tête. Entre le moment où ils sont arrivés de Turquie et leur mise en service, il ne se sera écoulé que 10 jours, soit des délais équivalents à ce qui se pratique en France ».
Fort de ce succès, DME prévoit d'annoncer, prochainement, d'autres commandes à la pêche, notamment pour des unités plus importantes que les Loraswan et Trois Frères.