Pêche
Pêche à Guernesey : les dessous d’une «crise» très opportune
ABONNÉS

Actualité

Pêche à Guernesey : les dessous d’une «crise» très opportune

Pêche

Les autorités de l’île anglo-normande de Guernesey n’avaient aucunement le projet d’interrompre l’accès à ses eaux aux pêcheurs français… jusqu’à ce que Paris leur demande instamment de mettre en place un système de licence, tout juste une semaine avant le jour du Brexit.

Le 1er février, c’est jour de Brexit. Le « statu quo » jusque fin 2020, prévu par l’accord de retrait du Royaume-Uni, retire tout caractère spectaculaire à cette date historique. Quand une nouvelle tombe sur le fil de l’AFP : les autorités de Guernesey ont fermé leurs eaux aux navires bretons et normands. Une belle histoire de méchants Britanniques et de gentils pêcheurs qui va faire le buzz et se prolonger par un impressionnant ballet diplomatique de la « Madame Brexit » du gouvernement Philippe, Amélie de Montchalin.

Pourtant, une semaine avant le jour J, les autorités de Guernesey expliquaient encore au gouvernement français qu’elles ne voulaient