Pêche
Pêche illicite : 36 bateaux déroutés et saisis depuis le début de l'année en Guyane

Actualité

Pêche illicite : 36 bateaux déroutés et saisis depuis le début de l'année en Guyane

Pêche

Dans le cadre de leur mission de lutte contre la pêche illégale fixée par le préfet de la région Guyane, les services en charge de l'action de l'Etat en mer ont intercepté, depuis le début de l'année, pas moins de 36 bateaux, qui ont été déroutés puis saisis. Les dernières opérations en date, menées notamment par la Marine nationale, les Affaires maritimes et la Douane, ont permis, le 9 décembre, d'intercepter trois tapouilles dans les eaux guyanaises.
Dans un premier temps, une vedette des douaniers de Kourou a d'abord découvert un bateau guyanien en pêche au large d'Organabo. Quelques heures plus tard, la vedette de gendarmerie maritime Organabo interceptait une tapouille surinamienne en pêche au large de Mana. A l'occasion d'une fouille approfondie, l'équipe chargée de la saisie découvre des ailerons de requins; preuve que ces navires qui viennent pêcher illégalement dans les eaux françaises procèdent à des mutilations interdites sur cette espèce. Le capitaine de l'embarcation a été placé en garde à vue pour être présenté en comparution immédiate au tribunal de Cayenne.
Enfin, dans l'après-midi, le patrouilleur La Gracieuse, de la Marine nationale, contrôlait un navire guyanien au large des îles du Salut. Ce bateau était en pêche et chargé de deux tonnes de requin. C'est la vedette de gendarmerie Mahury qui a été chargée de son escorte vers le port de Degrad-des-Cannes, où il a été saisi par les Affaires maritimes.

Fouille sur une tapouille  (© : AFFAIRES MARITIMES)
Fouille sur une tapouille (© : AFFAIRES MARITIMES)

Le capitaine de la tapouille surinamienne déroutée à Mana a été condamné à 6 mois de prison avec sursis en comparution immédiate. De même, le capitaine du bateau guyanien dérouté à Degrad-des-Cannes a écopé de 12 mois de prison avec sursis, alors que la saisie des deux embarcations était confirmée par le tribunal. Quant au troisième capitaine, dont le navire a été dérouté sur Iracoubo, il sera jugé ultérieurement. « Ces résultats ne sont pas la conséquence d'un retour en force des navires illégaux mais ont été obtenus grâce à l'organisation d'une opération d'envergure destinée à dissuader les armateurs étrangers de venir pêcher dans nos eaux », précise la préfecture, qui se félicite de la « collaboration interministérielle tout à fait remarquable en Guyane ».

Arrivée de la tapouille surinamienne à Mana  (© : AFFAIRES MARITIMES)
Arrivée de la tapouille surinamienne à Mana (© : AFFAIRES MARITIMES)