Pêche
Pêche à l'anchois: Interdiction confirmée

Actualité

Pêche à l'anchois: Interdiction confirmée

Pêche

La France ne sera donc pas parvenue à faire suspendre l'interdiction de pêcher l'anchois dans le golfe de Gascogne. Réunis aujourd'hui à Bruxelles, les ministres des pêches de l'Union (à l'exception notable du français Dominique Bussereau...), ont décidé de maintenir l'interdiction en vigueur depuis le 1er juillet, jusqu'au 30 septembre. En l'absence de nouvelles données scientifiques, cette décision est "parfaitement justifiée", a déclaré le commissaire européen à la pêche, le maltais Joe Borg. Paris demandait la levée de cette mesure, accompagnée de la création d'une zone protégée pour permettre aux poissons de se reproduire. Selon la Commission Européenne, la non-interdiction aurait eu des conséquences désatreuses sur la reproduction de l'anchois. Une thèse que récusent les pêcheurs français. Des dizaines d'entre-eux avaient d'ailleurs fait le déplacement à Bruxelles pour manifester leur colère.
Suite au refus européen, le gouvernement leur a confirmé les aides annoncées début juillet: 3250 euros par marin et 30.000 euros par armemement, payables le 29 août. En France, une centaine de chalutiers sont concernés par la pêche à l'anchois. Dans le port de la Turballe (Loire-Atlantique), le journal Presse Océan rappelle que ce poisson représente 40% du chiffre d'affaire de la Criée, dont dépendent 800 emplois.

Pêche