Pêche
Pêche à l'anchois : L'embargo discuté par les ministres européens

Actualité

Pêche à l'anchois : L'embargo discuté par les ministres européens

Pêche

Une semaine après la décision de la Commission de prolonger juqu’à la fin de l’année les captures d’anchois dans le Golfe de Gascogne, les ministres européens des pêches doivent se retrouvent à Bruxelles. Il sera bien entendu question de cette mesure, contestée par la France et soutenue par L’Espagne. Les deux pays sont les principaux intéressés puisqu’ils se partagent les prises dans ces eaux. S’appuyant sur des rapports d’experts faisant état de réserves trop faibles, la Commission Européenne souhaite que l’interdiction de pêcher l’anchois soit reconduite en 2006. Dans l’hexagone, les pêcheurs ne comprennent pas cette décision et parlent de catastrophe économique. Plus de 2500 personnes, dont 550 marins, vivent de l’anchois en France, principalement en Bretagne, Vendée et Pays-Basque.

Aide d’urgence pour le gasoil

Pour calmer leur grogne, le gouvernement a décidé de débloquer une première aide d’urgence de 2 millions d’euros. Une enveloppe qui est en fait destinée à compenser la hausse du prix du gasoil. Les modalités du plan gouvernemental ont été précisée hier matin aux représentants professionnels, reçus à la direction générale des pêches. Dans un communiqué, le ministère annonce que « les mesures de consolidation ou de reports de charges sociales sont mises en œuvre dans le respect des règles communautaires ». Les marins pêcheurs se sont également vu confirmer la prolongation du fond de prévention des aléas de la pêche (FPAP) jusqu’à la fin de l’année. Par ailleurs, selon le ministère, des mesures seront prises pour « accélérer le paiement des indemnités aux entreprises et s'assurer qu'elles sont bien répercutées auprès des équipages. (Enfin), une réflexion réflexion est déjà engagée pour s'assurer que les conséquences de la hausse du gasoil resteront compensées après le 1er janvier par le FPAP ou tout autre dispositif susceptible de l'améliorer ». Une table ronde est programmée à Nantes le 3 octobre entre Dominique Bussereau et les représentants des pêcheurs.