Défense
Pékin proteste contre le passage du Vendémiaire dans le détroit de Taïwan

Actualité

Pékin proteste contre le passage du Vendémiaire dans le détroit de Taïwan

Défense

Les autorités chinoises ont, le 25 avril, officiellement protesté auprès de la France suite au passage d’une frégate de surveillance de la Marine nationale à travers le détroit de Taïwan. La Chine a fait savoir qu’elle avait envoyé plusieurs navires de guerre à la rencontre du Vendémiaire pour « lui intimer l’ordre de partir ». Alors que les faits se seraient produits au début du mois, Pékin estime que le bâtiment français a illégalement franchi cette zone que les Chinois revendiquent comme faisant partie de leurs eaux territoriales. Une lecture que ne partage pas la France, comme la plupart des pays, qui s’appuient sur le droit maritime international pour considérer le bras de mer séparant la Chine de Taïwan comme un passage de libre navigation, à l’instar de tous les détroits.

Tensions autour des revendications territoriales chinoises

Les tensions liées aux revendications territoriales chinoises sur les eaux qui entourent le pays n’ont fait que croître ces dernières années. De nombreuses frictions ont eu lieu, par exemple en mer de Chine orientale avec les Japonais autour des îles Senkaku, dont la souveraineté nipponne est contestée par la Chine et Taïwan qui les appellent les Dyaoyu. La problématique est identique en mer de Chine méridionale pour les îles Spratley et Paracel dont la possession est revendiquée à la fois par la Chine, Taïwan, le Viêtnam, la Malaisie, Brunei et les Philippines. Dans le même temps, Pékin a entrepris de construire

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française