Disp POPIN non abonne!
Science et Environnement
Phare de la Jument : Evaluer les effets des tempêtes sur les éoliennes flottantes

Actualité

Phare de la Jument : Evaluer les effets des tempêtes sur les éoliennes flottantes

Science et Environnement

France Energies Marines va diriger un projet collaboratif destiné à mieux connaître les états de mer en cas de tempête. L’institut de recherche sur les énergies marines renouvelables est associé pour l’occasion avec Cerema, l’Ifremer, le Shom et Helmholtz‐Zentrum Geesthacht (HZG), un centre de recherche allemand sur les matériaux et le littoral. L’idée est de mieux prévoir les forces exercées par les vagues sur un objet en mer lors d’un épisode météorologique violent. Se pose en effet la question de la résistance des éoliennes offshores flottantes, dont le dimensionnement des machines et de leurs flotteurs est un élément clé en cas de mer forte. Ce projet de recherche, nommé DIME, a débuté en 2017 et se déroule sur plusieurs années. C’est le phare de la Jument, près de l’île d’Ouessant, qui sert de banc d’essai. Le vénérable instrument de signalisation est en effet parfaitement situé. Chaque année, les éléments se déchaînent contre lui, en faisant un candidat idéal pour mesurer la force de la mer. L’hiver dernier, une première série de mesures y ont été menées. Elles seront de nouveau effectuées cet hiver et ainsi de suite jusqu’en 2020.

Le phare est utilisé comme dispositif expérimental à l’échelle 1:1. « Un profileur de courant situé au pied de l’édifice et une bouée à houle mouillée à 2 km à l'ouest donnent des informations in situ sur les vagues et les courants environnants », explique France Energies Marines. On retrouve également du matériel de pointe dans la galerie de l’édifice. Il y a un système stéréoscopique de caméras qui permet de reconstruire les vagues en trois dimensions. Un radar est aussi installé pour cartographier le champ de vagues à plus grande échelle. Quant à eux, des accéléromètres quantifient les déplacements de l’édifice sous l'effet des vagues. Enfin, trois capteurs de pression seront bientôt implantés sur la façade du phare pour déterminer les efforts exercés par les vagues.

À l’issue des prochaines campagnes hivernales de test, l’exploitation et l’analyse des données permettront de mieux appréhender les vagues extrêmes et les déferlantes. Cela aura un impact sur la conception des futures éoliennes offshores flottantes.

 

Energies Marines Renouvelables Energie éolienne