Croisières et Voyages

Reportage

Philippines : Un pays de marins et bientôt une terre de croisiéristes?

Star Cruises, filiale du groupe Genting Hong-Hong, positionne depuis le 19 mars le SuperStar Virgo en tête de ligne à Manille, la capitale des Philippines. Une grande première et un nouveau marché que la compagnie asiatique souhaite tester durant plus de deux mois en proposant des départs pour des croisières de 6 jours/5 nuits avec escales aux Philippines, Taiwan et Hong-Kong.

De nombreuses festivités ont égayé l'arrivée du paquebot de Star Cruises lors de sa première escale à Manille. A cette occasion, célébrités et officiels locaux étaient réunis pour marquer l'évènement au son du slogan touristique national "C'est plus fun aux Philippines!".

Long de 268 mètres pour 32 mètres de large, le SuperStar Virgo accueille 1870 passagers en base double servis par 1300 membres d'équipage. Il est le sistership du SuperStar Leo, devenu depuis Norwegian Spirit après son rachat par Norwegian Cruise Line.

 

SuperStar Virgo débutait ses escales à Manille cette semaine (© STAR CRUISES)

SuperStar Virgo (© HONG KONG CRUISE SOCIETY)

 

La croisière côté passagers pour un pays de marins

Même si la plupart des navires qui croisent sur les mers du globe comptent sur bon nombre de ressortissants philippins pour les faire fonctionner, il faut avouer que rares sont les occasions de rencontrer des passagers originaires de l’archipel. A cela, plusieurs raisons. Tout d’abord une raison financière évidente pour un pays où le salaire moyen est d'environ 200 dollars par mois. Malgré la très large démocratisation des croisières, s’offrir quelques jours sur un luxueux navire est très loin des préoccupations de la plupart des familles locales. Une autre raison importante est l’obtention de visas. Si les Philippins sont de grands voyageurs sur le plan professionnel (démarches effectuées par leurs employeurs comprenant parfois des conditions restrictives et l'interdiction de quitter une ville d'escale), il leur est particulièrement difficile d’obtenir des visas touristiques pour la plupart des pays hors membres de l’ASEAN (cousin éloigné de notre Union Européenne pour une part de l’Asie où un visa ne leur est pas nécessaire). Enfin, même si le pays est composé de 7107 îles, peu de ports permettent d’accueillir des navires de taille conséquente et encore moins de proposer les services inhérents à une escale pour plusieurs centaines ou milliers de passagers (bus, guides, services de sécurité…).

C’est donc un pas important que fait Star Cruises en installant, pour l’instant provisoirement, le SuperStar Virgo en tête de ligne à Manille. Et la compagnie compte bien ainsi ouvrir un marché potentiellement intéressant en touchant une nouvelle clientèle, composée de familles qui comptent quasi toutes au moins un membre parti travailler sur un cargo ou un navire de croisière.

Car jusque là, les navires marchands et de tourisme étaient avant tout synonymes de longues absences, de dollars envoyés chaque mois pour faire vivre la famille (les compagnies américaines facilitent par exemple les transferts d’argent mensuellement) et de recherche du contrat qui permettra d’embarquer le plus vite possible.

En effet, même si certains médias français ont souvent l’habitude de critiquer l’industrie de la croisière, par méconnaissance sans doute, en mettant en avant les conditions de travail (et en particulier salariales) des équipages philippins sur les paquebots, on constate sur place que rares sont les interessés qui s’en plaignent. Au contraire, la réalité est tout autre dans la capitale philippine où plusieurs quartiers entiers sont consacrés à la formation, aux procédures administratives et au recrutement des dizaines de milliers de marins qui partent travailler en mer. C'est notamment le cas dans une partie du quartier d'Intramuros, l'ancienne place forte des colons espagnols. La compagnie américaine Royal Caribbean a par exemple annoncé en 2016 le recrutement prévu de 30.000 Philippins sur cinq ans ainsi que l’ouverture d’une seconde formation dédiée.

Malgré tout, les places sont chères car les candidatures très nombreuses. Les salaires à bord, s’ils ne sont pas comparables à des payes occidentales, peuvent représenter avec les pourboires entre 4 et 6 fois un salaire moyen philippin pour un niveau de formation équivalent. La manne financière que constitue l'emploi maritime irrigue aujourd’hui largement l’économie philippine, d’où des démarches administratives facilitées pour les travailleurs à l’étranger. Ni les marins qui gagnent deux à trois fois le salaire d'un banquier ni le gouvernement philippin n'y voient à redire. Car il faut bien voir que, dans un pays où le chômage n'est pas indemnisé, la protection sociale inexistante et l'absence de travail synonyme de misère totale pour toute la famille, les navires de commerce et la croisière sont des aubaines pour les marins qualifiés que sont les Philippins.

D'ailleurs, la croisière est un symbole de fierté pour bon nombre de familles et Star Cruises compte bien utiliser cette image positive pour développer dans ce pays un nouveau marché en accueillant cette fois-ci les ressortissants philippins, mais côté passagers.

 

(© MER ET MARINE)

 

Un produit adapté

Star Cruises, qui a un bureau permanent à Manille, a travaillé son itinéraire afin de permettre une croisière accessible niveau tarifs (donc plus courte avec 5 nuits seulement) et surtout offrant des escales ne nécessitant par de visa. Argument important dans une région du monde où l’industrie de la croisière est avant tout tournée vers le marché chinois et où les croisières à un prix attractif embarquent pour la plupart dans un port de Chine, où le visa est nécessaire, cher et loin d’être gagné pour un Philippin. Sans compter le prix du vol pour rejoindre Shanghai ou Guangzhou, qui rend cette perspective de vacances inabordable.

L’itinéraire de Star Cruises touche donc Laoag (Philippines) et son architecture coloniale espagnole, la seconde plus grande ville de Taiwan, Kaohsiung, et la mégapole Hong-Hong avant de revenir, après une journée de navigation, à Manille.

 

Navire de Star Cruises, le Star Pisces, à Hong-Kong (© MER ET MARINE)

Hong-Kong (© MER ET MARINE)

 

Il sera évidemment intéressant de voir les résultats de cette première campagne aux Philippines après ces quelques mois de test.

Dans une région du monde où la concurrence va devenir en quelques années beaucoup plus importante, la politique tarifaire de Star Cruise va être un frein au développement de certains marchés, hors Chine. Les prix de cette croisière, annoncés par la compagnie comme abordables grâce à 40% de réduction, vacillent pourtant entre 650 et 1100 dollars, réduction comprise. Ce qui, dans le contexte local et pour 5 nuits seulement, est loin d’être un prix négligeable lorsque l’on sait qu’il faudra ajouter pourboires, boissons et extras à bord.

Manille s’ouvre à la croisière

Le SuperStar Virgo vient en tout cas compléter un calendrier d’escales de navires de croisière à Manille qui s’étoffe chaque année un peu plus. En 2017, une quarantaine d’escales auront lieu dans la capitale philippine, principalement par des paquebots haut de gamme voire classés en catégorie luxe. Les navires de Celebrity Cruises, Hapag Lloyd, Silversea, Regent Seven Seas ou Seabourn sont des habitués des eaux de l’archipel aux 7107 îles.

Royal Caribbean a aussi annoncé l’année dernière réfléchir à des itinéraires touchant le sud de l’île principale de Luzon, notamment la région touristique des Visayas. Le gouvernement philippin travaille à cette idée depuis un an en collaboration avec l’armateur américain mais les infrastructures sont loin d’être à la hauteur et, là où Royal Caribbean aimerait des capacités d’accueil de 4500 à 6000 passagers, la ville très touristique de Boracay ne peut par exemple pas excéder les 3000.

Un challenge que les autorités devront relever si le pays veut un jour bénéficier des retombées financières que représentent les paquebots géants qui croisent actuellement bien trop loin de ses eaux turquoises.

 

Europa 2 en escale à Manille (© MER ET MARINE)

Celebrity Millenium en escale à Manille (© MER ET MARINE)

Croisière - Informations générales