Divers

Actualité

Photos pornos aux Affmar : Dominique Bussereau tape du poing sur la table

Divers

Le secrétaire d'Etat aux transports a réagi, hier soir, à l'affaire des photographies pornographiques prises à bord d'une vedette des affaires maritimes à l'automne 2007 (*). Dominique Bussereau a fait part de son « mécontentement dans cette lamentable affaire », et notamment sur les délais entre les faits et les sanctions. Selon lui, « Il est inacceptable que plusieurs mois se soient écoulés entre ces faits et la sanction de l'agent impliqué ». Samedi dernier, le quotidien Sud Ouest avait révélé qu'un fonctionnaire des Affaires Maritimes de La Rochelle avait été suspendu pour avoir permis la prise à bord d'une vedette (visiblement le Gabian) de photographies pornographiques destinées à un site internet payant. « La gravité des faits a amené l'administration à suspendre cet agent, en attendant le résultat de la commission administrative paritaire disciplinaire, convoquée pour le 19 mars, qui proposera au ministre les sanctions à prendre ». Dominique Bussereau a, par ailleurs, demandé au Secrétaire général du Ministère de mener une enquête administrative pour déterminer les causes de ces dysfonctionnements.

Le ministère confirme des pressions exercées par les pêcheurs

Samedi dernier, la presse régionale révélait, par la même occasion, une affaire dans l'affaire. Le directeur des Affaires maritimes a porté le dossier en justice, non pas contre le fonctionnaire incriminé, qui ne risque pas de poursuites pénales, mais contre des pêcheurs. Le parquet a été saisi pour « tentatives de corruption ». Ayant eu vent de l'histoire, certains marins, pris en infraction pendant leurs pêches, auraient menacé de tout révéler à la presse si l'administration ne levait pas les sanctions prises à leur encontre. « Des pêcheurs ayant fait l'objet de procès-verbaux dans le cadre d'opérations de contrôle des pêches ont tenté de faire pression sur l'administration en invoquant les faits survenus sur la vedette. Le procureur de la République en a été immédiatement informé et a décidé d'une enquête qui est en cours », a confirmé hier le secrétariat d'Etat aux Transports.
_______________________________________

(*) voir notre article d'hier