Marine Marchande
Pierre Louis-Dreyfus s'est éteint

Actualité

Pierre Louis-Dreyfus s'est éteint

Marine Marchande

Pierre Louis-Dreyfus s'est éteint à l'âge de 102 ans, samedi dernier, à Neuilly-sur-Seine. Grande figure du milieu maritime français, l'armateur, né à Paris en mai 1908, aura connu un destin peu commun. Héritier du groupe familial dès sa 21ème année, Pierre-Louis Dreyfus s'est illustré au cours de la seconde guerre mondiale. Participant à la bataille de France, pendant laquelle il reçoit deux citations, il est démobilisé après l'invasion allemande. Face à cette situation qu'il juge insupportable, Pierre Louis-Dreyfus décide en 1941 de rejoindre la résistance, dont il coordonne les groupes du sud de la France.

Pierre-Louis Dreyfus pendant la guerre (© : ORDRE DE LA LIBERATION)
Pierre-Louis Dreyfus pendant la guerre (© : ORDRE DE LA LIBERATION)

Puis, après un périple à travers l'Espagne, le Portugal et l'Irlande, il parvient à rallier Londres et le général de Gaulle en janvier 1943. D'abord nommé officier de liaison en Afrique du nord, il regagne la Grande-Bretagne fin 43 et réclame, malgré son âge, d'être intégré à une unité combattante. Il obtiendra finalement son affectation au groupe de bombardement « Lorraine » des Forces Aériennes Françaises Libres (FAFL) comme mitrailleur de queue, un poste particulièrement exposé. Jusqu'en mai 1945, il réalisera 81 missions de guerre au-dessus de la Belgique, de la Hollande et de l'Allemagne, totalisant 185 heures de vol de guerre et recevant quatre citations.

Visite de navire en compagnie du général de Gaulle, en avril 1966 (© : LDA)
Visite de navire en compagnie du général de Gaulle, en avril 1966 (© : LDA)

Fait Compagnon de la Libération, Pierre Louis-Dreyfus reprend la barre du groupe familial à l'issue des combats. Il s'emploie à reconstituer et à développer le groupe, qui est alors essentiellement tourné vers le négoce. Par goût du « shipping » et appréciant beaucoup les marins, il accroît considérablement la flotte, faisant du groupe l'un des premiers armements français. Très apprécié des équipages, « Monsieur Pierre », comme on l'appelait, se caractérisait aussi par son humour. « Hambourg je connais très bien, mais vu du ciel », dira-t-il un jour à propos du port allemand, faisant référence à ses faits d'armes.
Passionné de sport, il fut également présélectionné en équipe de France olympique de boxe dans les années 20, avant de se tourner vers le sport automobile. Il courut ainsi les 24 heures du Mans à 19 reprises, avant et après guerre.

Pierre Louis-Dreyfus a couru 19 fois les 24 heures du Mans  (© : DROITS RESERVES)
Pierre Louis-Dreyfus a couru 19 fois les 24 heures du Mans (© : DROITS RESERVES)

Bien qu'il laissa la barre du groupe en 1974, Pierre Louis-Dreyfus resta toujours très proche des affaires et intéressé par les nouveaux projets, pour lesquels les dirigeants de la holding familiale venaient encore, dans les années 2000, lui faire des présentations. Il se disait heureux d'assister au développement et à la diversification réalisés par son fils Philippe Louis-Dreyfus, actuel président du groupe Louis Dreyfus Armateurs.
Le navire amiral de la flotte de LDA, un vraquier Capesize enregistré sous pavillon français, porte son nom.

Le vraquier Pierre LD (© : LOUIS DREYFUS ARMATEURS)
Le vraquier Pierre LD (© : LOUIS DREYFUS ARMATEURS)

Louis Dreyfus Armateurs