Vie Portuaire
Pilotes de la Loire : La Couronnée III reprend momentanément son service

Actualité

Pilotes de la Loire : La Couronnée III reprend momentanément son service

Vie Portuaire

Conservée à quai depuis le 20 décembre suite à l'arrivée de sa remplaçante, la Couronnée III va reprendre du service aujourd'hui. Le bateau pilote doit appareiller de Saint-Nazaire dans la journée pour servir de station au large. Ce retour à la mer permettra de remplacer la toute nouvelle Couronnée IV, baptisée le 6 décembre dernier à Nantes. Le navire, flambant neuf, devrait rester immobilisé une dizaine de jours. Les pilotes ont, en effet, décidé de réaliser quelques travaux et réglages après quelques semaines de retour d'expérience. « Il n'y a rien d'étonnant. La Couronnée IV est toujours en phase probatoire. Comme tous les prototypes, elle demande une période mise au point », explique Dominique Hardy. Après un mois d'utilisation, le président des Pilotes de la Loire se dit très satisfait des performances de la nouvelle unité, construite sur les plans du Bureau Mauric par les chantiers espagnols Astilleros Armon. « Globalement, nous sommes très contents du bateau. Il est confortable à la mer, car ne roule pas, l'insonorisation est parfaite et la motorisation excellente ».

L'ancien bateau conservé après 2009 ?

Abandonnant provisoirement le confort de la Couronnée IV, les pilotes ont donc repris possession de leur « vieux » navire, construit à Paimboeuf en 1986. Ses moteurs rallumés lundi, la Couronnée III devrait être prête, d'ici ce soir, à servir les navires de commerce fréquentant le port de Nantes Saint-Nazaire. En attendant que la Couronnée IV soit totalement fiabilisée, son prédécesseur restera en service cet hiver, mais également l'hiver prochain. Il ne serait, d'autre part, pas à exclure que l'ancienne Couronnée joue ensuite les prolongations. Les pilotes ont en effet constaté, depuis 1997 et la vente de la Couronnée II, qu'un seul bateau constituait un effectif un peu juste. Si ce dernier est appuyé par trois vedettes rapides (Loire 18, Trébézy et Remora), ces pilotines, plus petites, n'offrent pas les mêmes capacités. « L'exploitation d'un port comme celui de Nantes Saint-Nazaire nécessite du matériel performant et, si le bateau pilote présente une défaillance, il ne reste plus que les vedettes. Si nous en sommes très satisfaits, ces moyens restent un peu légers pour opérer au large, dans une zone ouverte ». Une réflexion est donc en cours pour savoir si la Couronnée III doit être conservée. Bien qu'ancien, le bateau pilote pourrait rendre de précieux services, notamment l'été, lorsque la Couronnée IV sera en arrêt technique. La décision dépendra, notamment, des ressources financières nécessaires au maintien de deux gros bateaux chez les Pilotes de la Loire.

Port de Nantes Saint-Nazaire