Défense
Piraterie : 16 otages piégés dans un chalutier coulé par la marine indienne

Actualité

Piraterie : 16 otages piégés dans un chalutier coulé par la marine indienne

Défense

C'est ce que l'on peut appeler un scénario catastrophe. Jeudi dernier, la marine indienne annonçait, fièrement, que la frégate Tabar avait envoyé par le fond, deux jours plus tôt, une embarcation de pirates dans le golfe d'Aden. Ce chalutier était alors présenté comme un bateau mère, type de navire à partir duquel les pirates mettent à l'eau des unités rapides pour aborder les bâtiments de commerce. Seulement voilà, on apprenait hier qu'il s'agissait, en fait, d'un chalutier thaïlandais, capturé quelques heures plus tôt. Il y avait donc bien des pirates à bord, mais aussi 16 pêcheurs retenus en otage. Le corps sans vie de l'un d'entre eux a été retrouvé après l'affrontement, 14 otages étant portés disparus. Seul un marin du chalutier Ekawat Nava 5 a été retrouvé vivant. Véritable miraculé, ce Cambodgien a été secouru après avoir dérivé durant quatre jours en pleine mer. Il n'y aurait, en revanche, aucune trace des pirates qui avaient bel et bien, selon le rescapé, détourné le bateau. La Thaïlande a protesté hier contre ce qui est qualifié de « bavure », l'ambassadeur indien ayant été convoqué à Bangkok.
De son côté, la marine indienne a défendu l'attitude des marins de sa frégate. « L'INS Tabar a ouvert le feu sur ce qu'elle croyait être un bateau mère pirate après avoir reçu des menaces des pirates et essuyé des coups de feu. Les pirates gardant le pont du chalutier étaient armés de lance-roquettes », expliquait hier un porte-parole de la flotte. Selon lui, le chalutier « correspondait à la description des bateaux-mères pirates et se comportait comme tel. Nous voulions inspecter le navire et les pirates ont déclaré vouloir faire exploser la frégate ».

La frégate Tabar (© : MARINE INDIENNE)
La frégate Tabar (© : MARINE INDIENNE)

Piraterie dans le monde | Actualité du brigandage maritime