Marine Marchande
Piraterie : CMA CGM peut-il décider de contourner l'Afrique ?

Actualité

Piraterie : CMA CGM peut-il décider de contourner l'Afrique ?

Marine Marchande

Face à la recrudescence des actes de piraterie dans le nord de l'océan Indien, certaines compagnies envisagent de contourner l'Afrique via le cap de Bonne Espérance afin d'éviter les zones dangereuses. Ainsi, le Norvégien Odfjell a décidé cette semaine de ne plus faire passer ses navires par le golfe d'Aden. En France, la question se pose également. Premier armement national, le groupe CMA CGM n'envisage pas, « pour le moment », de faire passer ses porte-conteneurs par le cap de Bonne Espérance, afin d'éviter la corne d'Afrique. « Le golfe d'Aden est une route maritime incontournable. Chaque jour, plus de 1000 navires y transitent. Passer par le cap de Bonne Esperance consisterait à doubler les temps de transit. Dans le contexte actuel, c'est une décision lourde, mais que l'on ne s'interdit pas si aucune mesure n'était prise par les états pour lutter contre la piraterie », explique-t-on chez CMA CGM. Si ses grands porte-conteneurs semblent relativement à l'abri de par leur taille et leur vitesse, le groupe français a déjà fait l'expérience de la piraterie avec le détournement, en avril dernier, du voilier de croisière Ponant. « A notre demande, pour Le Ponant, qui est vulnérable, une escorte est prévue par la Marine nationale française lors de ses transits aller et retour dans le Golfe d'Aden. Notre priorité absolue étant la sécurité de nos personnels navigants, refaire le transit avec ce navire de croisière sans escorte n'est pas envisageable ».
Le groupe français, numéro 3 mondial du transport maritime conteneurisé, se dit très concerné par le phénomène de la piraterie. « Nos pensées vont vers tous les marins actuellement retenus en otage, ainsi que leurs familles, dont nous savons par expérience qu'elles vivent des moments difficiles. Cela montre que cette zone est extrêmement dangereuse et que l'on ne peut plus s'y aventurer sans protection maximale. Cependant, notre groupe est relativement à l'abri de ce phénomène car malgré la prise d'otages du Ponant, navire de croisière de notre filiale CIP, notre flotte est essentiellement composée de porte-conteneurs, moins vulnérables que les autres navires (voiliers, vraquiers, pétroliers) en raison de leur franc bord important et de leur vitesse ».

CMA CGM | Toute l'actualité de l'armateur français