Marine Marchande
Piraterie dans le golfe de Guinée : une nouvelle plateforme d’échange d’informations

Actualité

Piraterie dans le golfe de Guinée : une nouvelle plateforme d’échange d’informations

Marine Marchande

Les 27 centres maritimes de l’architecture de Yaoundé, ainsi que leurs partenaires et parties prenantes, sont en train d’être dotés d’une nouvelle plateforme d’échange d’informations baptisée Yaris, a annoncé le Réseau Inter-régional pour le golfe de Guinée (GoGIN) visant à renforcer la sécurité et la sûreté maritime sur une large part de la façade atlantique africaine. Elle doit permettre de lutter plus efficacement contre la piraterie, alors qu’une meilleure coordination entre les pays de la sous-région est vitale dans ce domaine.

Yaris est un outil de connaissance de la situation maritime (MSA – maritime situation awareness). Les spécifications techniques ont été établies par l’équipe GoGIN avec les centres maritimes et le système développé par le consortium Zertive-XSealence-SplendidAdvice. Les utilisateurs autorisés (désignés par les pays partenaires, les centres maritimes et les organisations régionales) peuvent « partager des informations opérationnelles relatives à un incident en mer afin d’assurer le suivi et la gestion de la situation de manière collective ( ex : pétrolier échoué, attaque de pirate…) », indique le projet GoGIN. Ils peuvent aussi « partager de l’information générale sur les évènements et sur les actualités des centres », « intégrer des données cartographiques, informations géo-référencées et/ou de localisation des navires de provenances diverses (données AIS ou radars, système SEAVISION, etc.) », « conduire des analyses » sur la situation maritime, ou encore choisir avec qui partager certaines informations sensibles.

La plateforme comprend un portail d’information et d’actualités ainsi qu’un un service de messagerie et de visioconférence. Avec Yaris, les centres sont en mesure d’échanger en messagerie instantanée pour suivre une situation, de tenir un journal de bord recensant les événements et actions liés à une situation pouvant ensuite servir à une procédure judiciaire, ou encore avoir recours à un service de cartographie.

Un pool de formateurs s’exerce à l’usage de cet outil qui est affiné depuis la version initiale livrée en mai 2020. Les premiers centres à être dotés de la plateforme Yaris doivent être le CIC (Centre interrégional de coordination, à Yaoundé), le CRESMAO (Centre régional de sécurité maritime de l’Afrique de l’Ouest, à Abidjan, Côte d’Ivoire) et le CRESMAC (Centre régional de sécurité maritime de l’Afrique centrale, à Pointe Noire, Congo).

Pour rappel, en juin 2013, les dirigeants des Communautés économiques des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de l’Afrique centrale (CEEAC) ainsi que la Commission du golfe de Guinée (CGG), réunis à Yaoundé au Cameroun, ont posé les bases d’une stratégie régionale commune pour lutter contre les actes illicites en mer dans le golfe de Guinée. Elle a permis de créer un centre de coordination (CIC), deux centres régionaux (CRESMAC et CRESMAO), cinq centres multinationaux de coordination (CMC) et un centre des opérations maritimes dans chacun des 19 pays (COM). Ces derniers regroupent la marine nationale et les acteurs de l’action de l’Etat en mer.

Le GoGIN, doté d'un budget de 9.2 millions d'euros par l'Union européenne, cofinancé par la Commission européenne (80%) et par le gouvernement du Danemark (20%), a été mis en œuvre par Expertise France, l’agence française de coopération technique internationale. Le projet doit s’arrêter en avril 2021. La plateforme sera alors transférée aux organisations régionales à l’origine de l’architecture de Yaoundé.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.