Marine Marchande
Piraterie : En mer, avec de futures équipes de protection privée

Actualité

Piraterie : En mer, avec de futures équipes de protection privée

Marine Marchande

Un peu de houle au large de Concarneau. Sur le pont du bateau de pêche promenade, une quinzaine d'hommes regarde dans la même direction. A un peu moins de 200 mètres du bord, une cible montée sur des flotteurs est portée par les vagues. Elle apparaît et disparaît. L'instructeur commence son briefing. « Tendez le bras, pointez vers la cible quand vous la voyez. Cela vous donnera la direction de tir ». La deuxième promotion du stage d'agent de protection armé embarqué, organisé par la société Kargus Sea Interconnection (KSI) et le Centre européen de formation continue maritime (CFCM) de Concarneau va commencer sa première séance de tir en mer.

   (© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)
(© : MER ET MARINE - CAROLINE BRITZ)

Agent de protection armé sous contrat privé. Des hommes qui ont choisi de se former pour pouvoir embarquer sur des navires transitant dans des zones touchées par la piraterie. « La demande est forte de la part des armateurs. Et c'est un marché où il y a toutes sortes de personnes qui proposent leur service : beaucoup d'anglo-saxons, des gens sérieux mais aussi d'autres moins recommandables. Face à cette situation, nous avons décidé de mettre en place une formation spécifique "à la française", correspondant aux plus hauts standards internationaux en matière de protection privée ». Thierry Houette est directeur associé de KSI, une société spécialisée dans la sûreté qu'il a cofondée en 2005, à la suite de la mise en oeuvre des normes ISPS. C'est aussi un ancien officier de marine, plongeur-démineur de spécialité. Autour de lui, pour encadrer les stagiaires, il y a d'ailleurs beaucoup

Piraterie dans le monde | Actualité du brigandage maritime