Marine Marchande
Piraterie et brigandage : légère hausse des incidents, relève le Mica Center

Actualité

Piraterie et brigandage : légère hausse des incidents, relève le Mica Center

Marine Marchande

La pandémie de coronavirus n’a pas fait diminuer la piraterie. Dans son bilan annuel, le Mica Center note même une « légère tendance à la hausse de l’insécurité dans le domaine maritime » en 2020. Le centre d’expertise français, à compétence mondiale, dédié à la sûreté maritime, a recensé 375 événements liés à la piraterie et au brigandage maritimes dans le monde en 2020, contre 360 en 2019. Des chiffres stables depuis 2016, loin des 668 événements relevés en 2011.

Le golfe de Guinée reste la zone la plus dangereuse du monde pour le transport maritime, comptant pour près d’un tiers des événements (114 recensés, chiffre semblable à 2019). En tout, 142 marins y ont été enlevés en 2020 (146 en 2019) et ils ont été retenus en moyenne pendant un mois.

A noter que si plus de 50% des événements avaient lieu en 2019 au Nigeria, ils représentent moins de la moitié en 2020. L'année dernière, les eaux nigérianes ont été un petit peu plus sûres avec une dizaine d'événements de moins qu'en 2019 (54 cette année là). Une tendance que souligne aussi une récente note du ministère des Transports américains. Pour l'expliquer, le Mica Center relève « une forte implication des autorités nigérianes qui ont mené des opérations de sûreté sur leur littoral et qui ont par ailleurs renforcé leur système judiciaire pour permettre de traduire les pirates en justice ». Et d'ajouter que « l’ensemble de ces mesures préventives et coercitives a poussé les pirates à agir au-delà des eaux nigérianes, et en particulier au large des pays riverains ». Le problème s'est déplacé : les pirates n'ont pas baissé les bras et s’éloignent toujours plus de leurs bases arrières, dans le delta du Niger. Ils agissent sur une vaste zone allant du Ghana à la Guinée équatoriale. D'ailleurs, la majorité des incidents se produisent en haute mer, hors des eaux territoriales ou lorsque les navires sont au mouillage. 

Néanmoins, le Nigeria reste en tête des dix principales approches maritimes touchées par le phénomène de piraterie et de brigandage, avec 42 événements, suivi par l’Indonésie (37), Singapour (28), le Yémen (18) et le Ghana (16). « En Asie du Sud-Est, le brigandage progresse, notamment dans les détroits de Singapour et de Malacca », observe par ailleurs le Mica Center. Il ajoute que « le nombre d’actes de brigandage en Amérique latine reste élevé à l’encontre du commerce maritime et de la navigation de plaisance ».

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

Piraterie dans le monde | Actualité du brigandage maritime