Marine Marchande
Piraterie et brigandage maritimes : que se passe-t-il dans le sud du golfe de Guinée ?
ABONNÉS

Focus

Piraterie et brigandage maritimes : que se passe-t-il dans le sud du golfe de Guinée ?

Marine Marchande

Alors que les Gabonais se préparent à réveillonner, dans la nuit du 21 au 22 décembre 2019, des pirates se glissent dans le vaste estuaire du Komo, le grand fleuve qui borde la capitale, Libreville. A quelques kilomètres seulement de l’imposant Palais du bord de mer, qui abrite la présidence et domine l’estuaire sur la rive droite, ils attaquent quatre navires : deux bateaux de pêche et deux cargos. Un commandant gabonais est abattu d’une balle dans la tête à bord du Tropic Dawn, battant pavillon panaméen, et au moins deux pêcheurs chinois sont enlevés. Ces attaques spectaculaires, menées en plein cœur du petit Etat pétrolier où la France a d’importants intérêts (en particulier dans la capitale économique Port-Gentil), surprennent.

Le pays n’est pas coutumier de ces incidents. S’il n’a pas été tout à fait épargné par la piraterie, il est éloigné de l’épicentre situé dans le delta du Niger, au Nigeria. Peu d’événements avaient été, jusque-là, rapportés. Mais cette attaque n’est pas un cas isolé. Trois mois plus tard, le 21 mars, trois marins (deux Marocains et un Equato-guinéen) de l’Elobey 6, un vieux ferry battant pavillon équato-guinéen, sont enlevés par des pirates au large de Port-Gentil. Ils seront libérés près de deux mois plus tard, au Nigeria. Le lendemain, le 22 mars, ce sont sept Ukrainiens qui sont enlevés, à bord de leur porte-conteneurs, le MSC Talia F (pavillon portugais), en provenance de Lomé pour Libreville. Eux seront libérés fin mai, toujours au Nigeria. Des pêcheurs sont aussi enlevés à bord des chalutiers Amerger II et Amerger VII, portant à 16 le nombre de marins kidnappés dans cette série d’attaques.

Les pays riverains ne sont pas en reste. Des hommes armés tentent, sans succès, d’aborder un pétrolier le 7 novembre à une soixantaine de milles de la paisible île de Sao Tomé. Nouvel incident en février, où les 21 membres d’équipage du Maersk Tema, en transit entre Pointe Noire (Congo) et Lagos (Nigeria),

Piraterie dans le monde | Actualité du brigandage maritime