Défense
Piraterie : La chasse est ouverte sur le territoire somalien

Actualité

Piraterie : La chasse est ouverte sur le territoire somalien

Défense

Alors que quatre nouvelles attaques se sont produites dans le golfe d'Aden, le Conseil de sécurité de l'ONU autorise désormais les forces militaires engagées contre la piraterie à poursuivre leurs actions sur le territoire somalien. La résolution 1851 autorise les pays impliqués à « prendre toutes les mesures nécessaires en Somalie pour empêcher d'agir ceux qui utilisent son territoire pour préparer, faciliter ou entreprendre des actes de piraterie en mer ». L'adoption de cette nouvelle résolution a été saluée par de nombreux pays, dont la France, la Grande Bretagne et les Etats-Unis. Ces derniers ont également souhaité le déploiement d'une force de maintien de la paix en Somalie, afin d'aider le gouvernement somalien à restaurer son autorité dans un pays totalement déstructuré depuis la guerre civile de 1991. Mais, pour le moment, les Nations Unies n'ont pas trouvé de pays acceptant de prendre la tête d'une telle force, un engagement en Somalie étant jugé comme trop dangereux par la plupart des Etats.
Concernant les dernières actions des pirates, quatre navires ont été attaqués ces derniers jours. La prise du Zhenhua 4, un navire chinois transporteur de colis lourd, a été déjouée. En revanche, les pirates sont parvenus à s'emparer d'un remorqueur malaisien, qui venait d'achever un contrat au Yémen (sur une unité de gaz naturel liquéfié) pour le compte d'un sous-traitant de Total. Un cargo turc et un bateau de plaisance ont également été détournés. Selon le programme d'assistance aux marins de l'Afrique de l'Est, 19 navires et 400 marins sont à ce jour retenus, dont le supertanker Sirius Star et le cargo Faina, dont les cales contiennent 33 chars d'assaut.

Piraterie dans le monde | Actualité du brigandage maritime