Pêche
Piraterie : L'attaque de thoniers français repoussée par des militaires embarqués

Actualité

Piraterie : L'attaque de thoniers français repoussée par des militaires embarqués

Pêche

Vendredi, au lever du jour, le Glénan et le Drennec, ont été pris en chasse par deux skiffs armés par une dizaine de pirates. Les deux thoniers français, qui faisaient route vers le port de Mahé, se trouvaient alors à environ 300 km au nord des Seychelles et 1100 kms des côtes somaliennes. Croyant avoir à faire à des cibles idéales, les pirates n'avaient pas prévu que les pêcheurs français étaient sous la protection de la Marine nationale. Des équipes de protection embarquées (EPE) étaient en effet à bord, et ont repoussé l'attaque. Artifice éclairant, tir de semonce... « Les fusiliers marins et commandos marine présents sur les thoniers ont répliqué à la menace par un emploi gradué et proportionné de la force. Par trois fois les pirates ont interrompu leur attaque avant de la relancer. Dans leur dernière tentative, les pirates ont fait usage de leurs armes. Les EPE ont répliqué en direction des skiffs, ce qui a entraîné l'arrêt immédiat et définitif des attaques », explique l'Etat-major des Armées, qui précise que l'échange de tirs n'a pas fait de blessé sur les thoniers français. Les pirates ont, quant à eux, pris la fuite et rejoint un bateau mère, situé à proximité. « Les équipes de militaires embarqués sont d'une efficacité totale. La protection de nos équipages et de nos navires est pleinement assurée, ce que l'on savait déjà parce que nous connaissons bien les fusiliers marins et les commandos de marine depuis longtemps. Des hommes absolument extraordinaires. Ils ont fait leur travail, dans les conditions de professionnalisme que l'on connaît. C'est, pour nous, l'absolue confirmation que nos équipages sont parfaitement en sécurité dans le dispositif qui a été mis en place », s'est félicité samedi, dans les colonnes de Ouest France, Jean-Yves L'Abbé, président du syndicat des armateurs thoniers.
Après avoir pris la fuite, les pirates ont été repérés et interceptés le Topaze, un navire des garde-côtes seychellois. Le bateau mère et une embarcation rapide ont été capturés, mais un skiff a pu s'échapper.
Construit en 2006 par les chantiers Piriou de Concarneau, le Drennec, long de 84 mètres, est armé par la Cobrecaf. Son sistership, le Glénan, avait été livré l'année précédente. Le troisième navire de la série est le Trévignon (photo illustrant cet article).

Piraterie dans le monde | Actualité du brigandage maritime