Marine Marchande
Piraterie : nouveaux incidents dans le golfe de Guinée

Actualité

Piraterie : nouveaux incidents dans le golfe de Guinée

Marine Marchande

Approches suspectes, enlèvements, détournement… La semaine a été mouvementée dans le golfe de Guinée où de nombreux incidents, très probablement liés à de la piraterie, se sont produits.

Lundi, le Stelios K, un petit navire de soutage de 36 mètres battant pavillon togolais a été détourné par des pirates à 40 milles au sud de Lomé (Togo), selon le consultant en sécurité maritime Dryad Global. Dans un premier temps, l’opérateur a perdu le contact avec le navire et les autorités ont cherché à établir sa position. Le MDAT GOG (Maritime Domain Awareness for Trade - Gulf of Guinea, organisme franco-britannique) a ensuite obtenu confirmation que l’équipage se trouvait toujours à bord avec les assaillants. Il semble que des négociations étaient en cours jeudi pour la libération de l’équipage. Il est possible que les pirates aient eu l’intention dans un premier temps de revendre les hydrocarbures à bord du navire.

Mardi, c'est un pétrolier de 249 mètres par 45 de large, le MT SKS Donggang, qui a été approché par une embarcation légère à 60 milles au sud de Lomé (dans les eaux ghanéennes). Le navire a légèrement changé de direction et maintenu sa vitesse. L’embarcation s’est approchés à moins d’un demi mille avant de s’écarter.

Entre vendredi 13 et lundi 16 novembre, 19 marins avaient été enlevés dans le golfe de Guinée, à bord du Zhen Hua 7, un navire transporteur de colis lourds (pavillon libérien), et de l’AM Delta, un petit cargo ghanéen.

Libérations

Bonne nouvelle, néanmoins, on a appris que deux marins russes du Water Phoenix, enlevés au large de Lagos en septembre, ont été relachés après huit semaines de captivité. Ils sont en relativement bonne santé. L’armement Seatrade a remercié les autorités nigérianes, l’ambassade de Russie à Lagos, la police néerlandaise et les autres parties ayant permis ces libérations. Deux des 18 membres d’équipage de ce navire frigorifique de 134 mètres de long de la compagnie Seatrade avaient été enlevés le 8 septembre au petit matin alors qu’il avait tenté des manœuvres pour échapper aux pirates. Le cabinet Ambrey Intelligence a souligné auprès de Lloyds List que ces libérations pouvaient signifier que l’équipe à l’origine de ces enlèvements était désormais disponible pour commettre de nouveaux kidnappings.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Piraterie dans le monde | Actualité du brigandage maritime