Marine Marchande
Piraterie: un consortium industriel pour développer l'autoprotection des navires

Actualité

Piraterie: un consortium industriel pour développer l'autoprotection des navires

Marine Marchande

Sous l'impulsion du Groupement des Industries de Construction et d'Activités Navales (GICAN) et du Cluster Maritime français, un consortium a été crée pour le développement de solutions d'autoprotection des navires face à la piraterie. L'autoprotection est une voie de défense actuellement explorée par plusieurs industriels et est une solution qui a la faveur des armateurs, dans la mesure où elle offre une alternative à l'embarquement de gardes armés. Elle consiste en l'installation d'équipements de détection, de protection et de dissuasion fiables et efficaces, simples d'utilisation et adaptés à l'environnement marin. Une solution plus souple, plus graduée dans la riposte à mettre en place et surtout beaucoup plus simple juridiquement parlant, puisqu'actuellement le cadre d'intervention des sociétés militaires privées, dont sont issus les gardes embarqués par certains armateurs, n'est pas clairement établi. La première action du nouveau consortium va être le développement d'un démonstrateur permettant d'évaluer la pertinence des solutions alternatives et non léthales envisagées. Il sera présenté dans le cadre des investissements pour l'avenir prévus dans le cadre du Grand Emprunt.

Piraterie dans le monde | Actualité du brigandage maritime Cluster Maritime Français (CMF) | Actualité