Défense
Piriou décroche le MCO de 10 bâtiments écoles de la Marine nationale

Actualité

Piriou décroche le MCO de 10 bâtiments écoles de la Marine nationale

Défense

Le groupe breton a remporté un important contrat de Maintien en Condition Opérationnelle (MCO) pour les 8 bâtiments école du type Léopard et les 2 bâtiments d'instruction à la navigation du type Glycine. Confié par le Service de Soutien de la Flotte (SSF) à Piriou Naval Services, ce marché de 30 millions d'euros couvre une période de 10 ans, ce qui constitue une première pour ce type de contrat. PNS assurera les entretiens périodiques et les visites programmées des bâtiments (tous basés à Brest), avec des impératifs de disponibilité. Le premier navire sera traité par Piriou en mars prochain, la fin du contrat étant fixée à décembre 2020. « C'est la confirmation de notre stratégie visant le développement d'une gamme de services type MCO que nous espérons pouvoir décliner au profit d'autres armateurs français et étrangers, publics et privés », explique Pascal Piriou, président du groupe breton, dont le siège se situe à Concarneau et qui emploie aujourd'hui 1000 personnes, dont 300 dans le Finistère.

Les BIN Glycine et Eglantine  (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)
Les BIN Glycine et Eglantine (© : MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Développement à l'international

Second groupe de construction navale civile en France, Piriou a été créé en 1965. D'abord spécialisé dans les navires de pêche, le constructeur n'a cessé de diversifier son activité, réalisant notamment des remorqueurs, navires de transport de passagers ou encore unités de soutien. La dernière réalisation du chantier de Concarneau est le Michel DSR, cargo sablier livré cet été à la compagnie française CETRA. Au fil des ans, Piriou s'est également développé à l'étranger, implantant notamment des chantiers à l'île Maurice (CNOI), au Nigéria (WAS) et au Vietnam (SEAS) pour se développer sur les marchés locaux. Il y construit des unités neuves et assure également, localement, une activité de « service après vente ». De la même manière, Piriou envisage aujourd'hui de créer un nouveau site en Indonésie, dont le gouvernement devrait imposer aux armateurs que les navires travaillant dans les eaux indonésiennes soient réalisés localement.

Le chantier de Concarneau  (© : IPC)
Le chantier de Concarneau (© : IPC)

Le secteur militaire en ligne de mire

Historiquement positionné sur le secteur civil, le groupe souhaite aujourd'hui se développer dans le domaine militaire. En cela, les contrats de maintenance sont une bonne manière de percer sur le secteur. Depuis 2008, Piriou a déjà remporté plusieurs contrats, assurant notamment le MCO des trois bâtiments remorqueurs de sonars (BRS) et d'un bâtiment base de plongeurs démineurs (BBPD) basés à Brest. Profitant de cette expérience dans le maintien en condition opérationnelle, l'industriel breton convoite, à terme, le marché de la construction neuve. Il vise des unités faiblement armées destinées aux marines, aux garde-côtes ou aux services de sécurité. A cet effet, il travaille sur une nouvelle gamme de vedettes et patrouilleurs de 15, 27 et 50 mètres. Piriou se dit également prêt à renforcer sa collaboration avec DCNS, pour qui il vient de livrer la partie avant du patrouilleur Hermès, en cours d'assemblage à Lorient.
______________________________________________

- Voir notre article sur les ambitions militaires de Piriou

Section de l'Hermès livrée fin novembre  (© : RODOLPHE POCHET)
Section de l'Hermès livrée fin novembre (© : RODOLPHE POCHET)

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française