Construction Navale
Piriou : Le point sur l’activité en France et à l’international

Focus

Piriou : Le point sur l’activité en France et à l’international

Construction Navale
Défense

Développement à l’international et dans les services, commandes cruciales attendues sur le segment militaire, volonté de reconquérir le marché civil, retour à la pêche artisanale… Piriou, qui a adopté en 2017 un nouveau plan stratégique et emploie 900 personnes à travers le monde, dont 407 en France, se porte globalement très bien. Le groupe a même enregistré un chiffre d’affaires record l’an dernier : 195 millions d’euros, contre 110 millions en 2010 et, précédemment, jamais plus de 150 millions. « Nous avons eu un boom de l’activité liée à l’action de l’Etat en mer, qui a fortement joué sur la croissance de l’activité, comme on peut le voir dans le port de Concarneau, très marqué par la couleur grise depuis un bon moment. Nous avons enregistré quatre grosses commandes dans ce domaine, avec 10 navires de 65 à 78 mètres à livrer en 3 ans, soit un tous les quatre mois en moyenne », explique Vincent Faujour, directeur général de Piriou.

 

Le port de Concarneau avec au premier plan le BHO2M (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Le port de Concarneau avec au premier plan le BHO2M (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Premières armes dans les bateaux gris

Ces bateaux, ce sont les quatre bâtiments multi-missions (B2M) et les quatre bâtiments de soutien et d’assistance hauturiers (BSAH) destinés à la Marine nationale, le patrouilleur polaire (PLV) L’Astrolabe appartenant à l’administration des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) ainsi que le bâtiment hydro-océanographique (BHO2M) commandé par le Maroc. Alors que les trois premiers B2M (D’Entrecasteaux, Bougainville et Champlain) ont été livrés en 2016 et 2017, le quatrième (Dumont d’Urville) le sera à la fin de cette année. Le PLV L’Astrolabe, premier navire à coque brise-glace réalisé par Piriou, a quant à lui quitté Concarneau l’été dernier et assuré cet hiver sa première saison de ravitaillement des bases scientifiques françaises en Antarctique. Du côté des BSAH, la tête de série, la Loire, a été réceptionnée par la Marine nationale en mars, alors que la seconde unité, le Rhône, est en essais en vue d’une livraison cet été. Les deux autres bâtiments de ce type (Seine et Garonne) suivront en 2019. Quant au BHO2M, en achèvement, il doit être remis à la marine royale marocaine au second semestre de cette année.

 

Chantier Piriou | Toute l'actualité du groupe naval breton Chantiers Navals 2018