Disp POPIN non abonne!
Pêche

Actualité

Piriou livre le dernier thonier commandé par Sapmer

Pêche
Construction Navale

Livré par le chantier Piriou de Nha Be, près d’Ho Chi Minh Ville, au Vietnam, le Morne Blanc est entré en service et a débuté sa première campagne de pêche. Attendu fin juillet aux Seychelles, où il est immatriculé, ce navire est le sistership du Morn Seselwa, opérationnel depuis la fin 2014. Ceux deux thoniers de 79.5 mètres de long pour 14.2 mètres de large sont armés par un équipage de 40 marins et peuvent dépasser la vitesse de 15 nœuds, l’appareil propulsif comprenant quatre groupes électrogènes de 1160 kW et un moteur diesel de 2800 kW. Ils disposent d’une cale de stockage à sec à -40°C de 1040 m3 et de 480 m3 de cuves pour le stockage en saumure à -17°C.

Série réduite

Succédant aux sept thoniers de 90 mètres livrés par Piriou à Sapmer entre 2009 et 2013, ces nouvelles unités devaient initialement être les premières d’une série beaucoup plus longue. Le contrat d’origine, signé il y a deux ans, comprenant déjà une option pour un troisième navire et, au moment de la mise sur cale du Morn Seselwa, fin 2013, Sapmer envisageait de faire construire une dizaine de bateaux de ce type. A l’époque, l’armement réunionnais misait en effet sur les licences de pêche qu’il avait obtenues en Papouasie Nouvelle-Guinée. Mais ce projet de développement a été suspendu et la série des 80 mètres, spécialement conçus pour opérer dans le Pacifique, a été réduite pour le moment à deux unités, que Sapmer a finalement décidé de baser aux Seychelles.

 

Le Morn Seselwa (© : PIRIOU)

Le Morn Seselwa (© : PIRIOU) 

 

Décrocher des contrats sur le marché asiatique

Même si son client historique renonce donc pour le moment à réaliser d’autres navires, Piriou mise sur les nouveaux 80 mètres pour pénétrer le marché asiatique, où les besoins en thoniers sont importants. « Le Morne Blanc est la dernière livraison prévue à ce jour pour la flotte thonière de Sapmer. Conçu au départ pour être exploité en océan Pacifique, il nous ouvre la porte vers de nouveaux marchés et nous espérons désormais voir se concrétiser les contacts avancés que nous avons avec des armateurs asiatiques », explique Pascal Piriou.

Des bateaux plus simples

Pour y parvenir, le constructeur breton, tirant les leçons des premières unités de 90 mètres, a conçu les derniers navires livrés à Sapmer comme des plateformes beaucoup moins complexes, notamment au niveau de la propulsion. Une évolution qui permet de faciliter l’exploitation et la maintenance tout en réduisant les coûts, et qui répond aussi  à la volonté des armements asiatiques de disposer de bateaux rustiques. Une simplicité qui n’empêche pas d’intégrer des innovations, comme le rappelle Piriou. Ainsi, le Morn Seselwa et le Morne Blanc ont été dotés d’une étrave légèrement inversée pour améliorer la tenue à la mer, les performances et le confort de l’équipage. Alors que la propulsion diesel-électrique permet de réduire la consommation en combustible, les flux ont été optimisés avec des possibilités de déchargement multiples. Les navires disposent en outre, au dessus de la passerelle, d’une plateforme permettant la mise en œuvre d’un hélicoptère ou d’un drone, les moyens aériens pouvant être très utiles, dans les grandes étendues océaniques, pour repérer et identifier les mattes de thons.

 

Le palangrier commandé par l'armement Le Garrec (© : PIRIOU)

Le palangrier commandé par l'armement Le Garrec (© : PIRIOU) 

 

Un palangrier et des remorqueurs en chantier

En attendant de décrocher de nouvelles commandes de thoniers, l’activité de Piriou Vietnam se poursuit avec d’autres types de navires. Alors que le site de Ben Luc, spécialisé dans l’aluminium, réalise des unités de soutien à l’offshore pétrolier et aux énergies marines, le chantier de Nha Be travaille sur une série de remorqueurs et le palangrier de 59 mètres commandés au printemps 2014 par l’armement Le Garrec, qui doit le réceptionner fin 2015. 

Piriou