Construction Navale
Piriou met à l'eau le chalutier Télémaque

Fil info

Piriou met à l'eau le chalutier Télémaque

Construction Navale
Pêche

Le Télémaque, c’est le nom du chalutier/coquillier construit par Piriou naval services, à Lorient. Le bateau de 16 m a été baptisé dans le port de Concarneau, vendredi 8 août.

Un Télémaque peut en cacher un autre. Vers 11 h, vendredi 8 août, le bateau issu de Piriou naval services a été mis à l’eau, dans le port de Concarneau. Le fruit d’une collaboration avec Jean-Baptiste Marion, le patron et armateur du… Télémaque I, rattaché au port pêche de Grandcamp-Maisy, dans le Calvados. « Depuis plusieurs années, nous entretenons le vieux Télémaque I, à Lorient, confie Virginie Marion, la conjointe collaboratrice. Nous avons bien accroché avec les chantiers Piriou. Et nous avons fait construire notre premier bateau ».

Le navire de 16 m de long et 7,50 m de large possède six couchages. Il est destiné à aller pêcher dans la Manche. Le Télémaque remplacera son « grand-frère » en apportant plus de confort aux marins. « Nous avons une flotte vieillissante que nous devions moderniser », souligne Rose-Marie Thomas, comptable à l’antenne de Grandcamp-Maisy pour l’AGCLA (association de gestion et de comptabilité du littoral Atlantique).

 

Un chantier de 11 mois

Une fois n’est pas coutume, la femme du futur capitaine a choisi de laisser Rose-Marie Thomas casser la bouteille de champagne sur la coque du bateau. Un exercice qui a échoué la première fois, avant de réussir au second essai. Malgré une égratignure sur la coque au moment du remorquage, le Télémaque est sorti sans encombre du slipway, dans le port de Concarneau. Et il y avait du monde sur les quais pour assister à ce petit événement. « Nous avons choisi les couleurs, l’intérieur, les aménagements… C’est assez agréable de voir sur l’eau un bateau dont on a suivi le chantier pendant 11 mois », reconnaît Virginie Marion.

Laurent Lelarge, architecte naval chez Coprexma, à Pont-l’Abbé (29), tenait lui aussi à assister à cette mise à l’eau. « Nous avons dessiné le projet deux ou trois mois avant la construction. C’est intéressant de voir concrètement, ce qu’on a réalisé. Le produit fini est plutôt proche du projet de base. Il y a eu beaucoup d’allers-retours sur les aménagements. Mais ce sont les propriétaires qui savent le mieux ce qu’il faut optimiser ».

Les familles de l’équipage étaient conviées pour cette journée spéciale. Aurélie Hardel, la femme du second et mécanicien du Télémaque, arrivait de Granville. « C’est la première fois que je vois dans l’eau un bateau neuf. Même s’il n’est pas encore équipé », dit-elle. Il reste notamment à installer des douches, la cuisine ou encore des meubles. Après cela, le Télémaque sera prêt à prendre le large.

Un article de la rédaction du Télégramme

Piriou