Défense
Piriou va assurer le MCO de 103 bateaux et engins de la marine

Actualité

Piriou va assurer le MCO de 103 bateaux et engins de la marine

Défense

 

Piriou Naval Services, filiale du groupe breton, remporte un nouveau succès dans le domaine militaire en décrochant le contrat « BN 13 » portant sur le maintien en condition opérationnelle de quelques 103 bateaux et engins de la base navale de Brest, de l’Ile Longue, du Groupe des plongeurs démineurs de l’Atlantique, du Centre d’instruction naval de Brest, de l’Ecole navale à Lanvéoc-Poulmic, ou encore du site brestois de la Direction Générale de l’Armement Technique Navale (DGA/Tn). Il y a même, dans cette flottille, quelques engins appartenant à l’armée de Terre. Dans le détail, les 103 unités sont composées de 7 remorqueurs, 8 pousseurs, 37 vedettes, un catamaran, un chaland releveur d’ancre, 3 grues flottantes, 2 engins portuaires, ainsi que 41 citernes, chalands et autres moyens portuaires. S’y ajoutent deux prototypes du programme Navire du futur et un centre d’entrainement.

 

 

Le chaland releveur d'ancrages Telenn Mor (© : BERNARD PREZELIN)

Le chaland releveur d'ancrages Telenn Mor (© : BERNARD PREZELIN)

 

Pousseur de sous-marins nucléaires (© : BERNARD PREZELIN)

Pousseur de sous-marins nucléaires (© : BERNARD PREZELIN)

 

La vedette d'intervention de rade Avel Aber (© : BERNARD PREZELIN)

La vedette d'intervention de rade Avel Aber (© : BERNARD PREZELIN)

 

 

Un marché quinquennal de 25 millions d’euros

 

 

D’un coût de 25 millions d’euros, ce marché a été notifié à Piriou par le Service de soutien de la flotte (SSF) à l’issue d’un appel d’offres. D’une durée de cinq ans, il verra les travaux réalisés principalement dans la base navale de Brest et à Lanvéoc, ainsi qu’à Concarneau, mais aussi, ponctuellement, sur la base des fusiliers-marins et commandos de Lorient. Avec le soutien technique et logistique de Concarneau, PNS gèrera sur place le contrat grâce à la signature, avec la base navale de Brest, d’une convention d’occupation lui permettant de disposer, dans l’enceinte militaire, de 800 m² de locaux. On notera que l’obtention de ce contrat va se traduire  par la création de 10 postes répartis entre Concarneau et Brest.

 

 

Le MCO des bâtiments école est déjà assuré par Piriou (© : PIRIOU)

Le MCO des bâtiments école est déjà assuré par Piriou (© : PIRIOU)

 

 

Une activité en développement chez Piriou

 

 

C’est en 2005 que Piriou a signé son premier contrat de MCO avec la Marine nationale. Il s’agissait de celui des quatre voiliers école, entretenus durant trois ans. Puis ce fut le cas des trois bâtiments hydrographiques du type La Pérouse (2006 à 2009) et du bâtiment hydro-océanographique Beautemps-Beaupré (en 2007), ainsi que des remorqueurs de haute mer Tenace et Malabar (2006 à 2009), la batellerie bretonne (2006 à 2008), puis les trois bâtiments remorqueurs de sonars (BRS) du type Antarès et les deux bâtiments d’instruction à la navigation (BIN) du type Glycine. Dans un contexte concurrentiel très fort, Piriou n’a toutefois pas été retenu lorsque ces marchés ont été renouvelés, à l’exception de celui concernant la maintenance des BIN. Ces derniers ont été intégrés dans un gros contrat de 10 ans (2011 – 2021) portant sur le MCO des bâtiments de formation de la marine, soit en plus des deux BIN les huit bâtiments école (BE) du type Léopard, ces derniers étant au passage remotorisés. Un contrat de longue durée, le premier du genre, qui sert aujourd’hui de vitrine à Piriou. « La Marine Nationale, référent en termes de MCO, a été notre premier client en la matière. En conséquence chaque nouveau contrat avec le SSF représente une grande satisfaction pour le groupe Piriou, ainsi qu’un signal très positif vers nos clients étrangers », explique Pascal Piriou.

 

 

Le bâtiment de formation Almak, premier bateau gris réalisé par Piriou (© : PIRIOU)

Le bâtiment de formation Almak, premier bateau gris réalisé par Piriou (© : PIRIOU)

 

 

Du MCO à la construction neuve et au désarmement

 

 

Et le patron du groupe naval de rappeler qu’en plus de la construction, le MCO est aujourd’hui une activité stratégique : « Le MCO est devenu non seulement une branche forte de notre activité réparation navale, mais aussi un volet indispensable au soutien de nos offres en matière de construction navale et donc un facteur de cohésion entre les différentes branches d’activités du groupe ». C’est aussi de cette manière, en débutant sur la réparation et la maintenance, que Piriou a fait ses premiers pas dans le secteur militaire, qui lui était jusque là étranger et sur lequel il débute dans la construction neuve.  

On notera enfin que PNS a développé une activité liée à la préparation des bâtiments de la Marine nationale retirés du service actif (RSA). Des travaux préparatoires effectués après les désarmements pour mettre les vielles coques en condition dans la perspective d’une intégration à la filière de démantèlement. Des contrats de RSA ont, ainsi, été remportés à partir de 2009 pour les bâtiments de transports légers (Batral) et patrouilleurs du type P400 désarmés à Brest, mais aussi pour l’ancien porte-hélicoptères Jeanne d’Arc, ainsi que les ex-frégates Tourville, De Grasse et Georges Leygues. 

Chantier Piriou | Toute l'actualité du groupe naval breton