Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Piriou/Kership : Quid du contrat des patrouilleurs gabonais ?

Défense

En octobre 2014, à l’occasion du salon Euronaval, Piriou et Kership (filiale du constructeur breton et de DCNS) annonçaient la vente au Gabon de deux patrouilleurs : l’ex-Tapageuse de la Marine nationale et une nouvelle unité du type OPV 50. A l’époque, il était prévu de livrer le premier bâtiment à la marine gabonaise mi-2015 et le second mi-2016. Depuis, on était sans nouvelle.  

Le P400 en attente après sa refonte

Qu’en est-il aujourd’hui ? Concernant l’ex-Tapageuse, on se rappelle que ce bâtiment de 54.5 mètres du type P400, mis en service en 1988, avait quitté la flotte française en 2013 et, après l’abandon d’un projet de cession aux Philippines, fut racheté par Piriou Naval Services. Arrivé en décembre 2013 à Concarneau, le patrouilleur a bénéficié d’une profonde rénovation, passant notamment par sa remotorisation et la remise à niveau des équipements.

Le chantier s’est achevé comme prévu à l’été 2015 mais l’ex-Tapageuse n’a toujours pas quitté la Bretagne. Piriou, qui confirme seulement que les « travaux de refonte ont été réalisés », ne donne pas d’explication quant au fait que le bâtiment ne soit pas encore livré. On peut néanmoins facilement imaginer que l’industriel attend simplement d’être payé pour remettre le bateau à son client.

 

OPV 50 (© KERSHIP)

OPV 50 (© KERSHIP)

 

Le contrat de l’OPV 50 n’est pas entré en vigueur

L’autre volet du contrat annoncé fin 2014 portait donc sur la construction d’un patrouilleur hauturier du type OPV 50, l’un des nouveaux modèles de la gamme commercialisée par Kership. Long de 58.2 mètres, ce bâtiment doté d’une coque en acier et de superstructures en aluminium est taillé pour la surveillance et la protection de vastes zones maritimes. Capable d’atteindre 21 nœuds et de franchir 5000 milles à 12 nœuds, l’OPV 50, conçu pour un équipage de 28 marins auxquels peuvent s’ajouter 8 personnels supplémentaires, est dans le cas du Gabon prévu pour être doté d’un canon de 20mm, deux mitrailleuses de 12.7mm et deux embarcations rapides de 7 mètres. La construction de ce nouveau patrouilleur n’a, toutefois, pas encore commencé. Faut-il en déduire que ce projet est tombé à l’eau ? « Le contrat est en attente de mise en vigueur et le calendrier dépend de cette étape, qui devrait se concrétiser courant 2016 », explique-t-on à Concarneau.

 

Piriou