Science et Environnement
Plastic Odyssey désamianté, le chantier progresse

Actualité

Plastic Odyssey désamianté, le chantier progresse

Science et Environnement

L’équipe de Plastic Odyssey vient de se tirer une sérieuse écharde du pied. « Il n’y a plus un gramme d’amiante sur le bateau », se félicite Simon Bernard, l’un des cofondateurs du projet environnemental, auprès de Mer et Marine. Après avoir eu la mauvaise surprise de trouver de l’amiante à bord de l’ex-Victor Hensen, navire océanographique racheté il y a un an, l’équipe du projet de réduction de la pollution plastique dans les océans a achevé de le faire nettoyer. A Dunkerque, il a fallu retirer des panneaux de vaigrage et de faux plafonds. « Il y en avait un peu partout », indique Simon Bernard. Ces travaux de désamiantage menés par DI Environnement et GDR Cherpin ont duré environ deux mois. Tout a été enlevé. « Maintenant, on a un bateau sain ».

La refonte de ce navire de 39 mètres de long, pour 9.4 de large, commence désormais. A commencer par l’équipement de la passerelle en électronique par Simrad, qui a signé un partenariat et fournit tous les appareils de communication. « On refait une passerelle complètement neuve, très moderne ». Au chantier Damen de Dunkerque, les travaux de construction d’une superstructure qui surplombera le pont arrière débutent aussi. Elle abritera les  technologies « low-tech » et open-source de recyclage du plastique et de création d’énergie par pyrolyse qui doivent être installés en novembre. Avant cela, pendant ce mois de septembre, Plastic Odyssey doit passer en cale sèche et être repeint, tout en menant les travaux d’aménagements : électricité, vaigrages, meubles… Bref, « dans les semaines et les mois qui viennent, le bateau va être complètement transformé », prévient Simon Bernard, qui espère voir les travaux s’achever, au plus tôt, début novembre.

En parallèle, l’équipe recherche encore des sponsors pour boucler le budget pour son expédition autour du monde. Une quête rendue d’autant plus ardue par les suites de la crise sanitaire. Initialement prévu pour l’été dernier, le départ du Plastic Odyssey pour une expédition autour du monde a été repoussé de quelques mois à mi-janvier 2021. La crise de la Covid n’avait pas permis de réaliser les travaux à temps. Le navire commencera par naviguer en Méditerranée en se rendant au Liban, en Egypte et en Tunisie.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.