Disp POPIN non abonne!
Nautisme

Actualité

Plastimo de retour dans son berceau lorientais

Nautisme

C'est bien un retour sur ses bases, que va opérer Plastimo. L'entreprise, qui a fêté ses 50 ans l'an dernier, s'apprête à retrouver quatre des sept nefs du bloc K2 de la base des sous-marins de Lorient, qu'elle occupait entre 1998 et 2010. Avant que l'entreprise ne soit en partie démantelée par l'aventure Navimo, et ne finisse par se retrouver au bord du précipice, en 2012, jusqu'à sa reprise par Alliance marine. Pourtant, ce n'était pas le scénario privilégié il y a encore un an. L'idée, alors, était bien de migrer au Rohu (Lanester), et d'investir les locaux occupés par le chantier naval Alliaura jusqu'à sa liquidation. « Mais ça s'est révélé irréalisable, pour des questions de mises aux normes », explique Yann Cornec, directeur de Plastimo. « La facture dépassait les deux millions d'euros et ne pouvait pas être prise en charge par le bailleur. On a également étudié la possibilité d'y aller avec d'autres entreprises, mais ça ne s'est pas fait ». 



Un timing serré 



Depuis décembre dernier, Plastimo travaillait donc cette autre piste, avec les services de l'Agglomération de Lorient et de X-Sea, société d'économie mixte destinée à favoriser l'implantation d'entreprises sur le territoire. « Ce sont eux, en tant que propriétaires, qui vont assurer les travaux de remise aux normes incendie des quatre nefs qu'on va investir. Et dans un calendrier très étroit, qui était un véritable challenge », détaille Yann Cornec. Car le timing est serré. La nouvelle plateforme logistique devra être opérationnelle d'ici la fin de l'année, afin d'atteindre sa vitesse de croisière avant le début de la saison nautique, en février. Les travaux devraient démarrer mi-juin, pour se terminer fin septembre. Concrètement, Plastimo va investir les quatre premières nefs (7.200 m² au total) du bloc K2 : soit deux que l'entreprise exploitait déjà pour stocker ses matières premières, en cours de transfert dans l'usine ; et deux autres libérées en avril dernier par les chantiers Bernard. Au passage, le K2 s'apprête donc à faire le plein avec les deux autres projets menés par l'Agglo : le port à sec et l'ensemble dédié aux musiques actuelles (salle de concert et studios de répétition). 



Les syndicats saluent ce retour 



Présenté, hier, en comité d'entreprise, le projet satisfait manifestement les représentants du personnel. « C'est une bonne nouvelle de rester à Lorient et de retrouver le K2, notre site historique », salue Gilles Le Roch (CGT). Seul bémol selon lui : « On aurait préféré que ce soit sous la bannière de Plastimo, et non confié à un sous-traitant. Mais on ne va pas faire la fine bouche, car cela va tout de même créer de l'emploi sur le territoire ». Pour Thierry Maho, représentant des cadres, ce retour, tant espéré, « prouve que le nouveau propriétaire mise réellement sur Plastimo et sur Lorient, contrairement à son prédécesseur. Avec une logistique externalisée, on ne maîtrisait plus rien, ce qui a causé beaucoup de soucis au départ. Là, on aura affaire à une PME bretonne, et non plus à un méga-logisticien : le rapport de force ne sera plus le même et la proximité permettra de régler facilement les problèmes s'il y en a ». 



20 à 30 emplois 



Vingt à trente emplois pourraient être créés, sur site, par le sous-traitant pour cette activité. « On pourra leur conseiller des anciens de chez nous », souffle Yann Cornec. Prochaine étape pour l'entreprise, puisqu'elle confirme son implantation à la BSM : rénover ses ateliers et bureaux. « Il faudra le faire. Mais le projet n'est encore qu'embryonnaire », prévient Yann Cornec.

 

 

Un article de la rédaction du Télégramme

Port de Lorient