Défense
PLG La Confiance : Dernières journées brestoises avant la Guyane

Actualité

PLG La Confiance : Dernières journées brestoises avant la Guyane

Défense

La Confiance, premier des deux nouveaux patrouilleurs légers guyanais (PLG) de la Marine nationale, doit quitter Brest en début de semaine prochaine pour rallier Dégrad-des-Cannes, près de Cayenne, où elle sera basée. Le bâtiment de 61 mètres a été conçu par Bureau Mauric et réalisé par Socarenam, dont le site de Saint-Malo a fabriqué la coque et celui de Boulogne-sur-Mer en a effectué l’armement et les essais.

Partie du port nordiste le 27 octobre et arrivée à Brest trois jours plus tard, La Confiance a, depuis qu'elle est à la pointe bretonne, enchainé les essais et fait l’objet de différents travaux, comme la configuration de ses réseaux sécurisés ou l’intégration de certains équipements. Pour cela, les équipes de la Marine nationale, de la Direction Générale de l’Armement et les industriels concernés, que ce soit Socarenam ou ses fournisseurs, étaient présents à bord. Mardi, le patrouilleur est également passé sur les boucles magnétiques installées devant la presqu’île de Crozon afin de connaître sa signature et donc sa sensibilité aux mines. Des mesures qui serviront aussi pour des études menées par la DGA dans le cadre du programme SLAM-F destiné à remplacer les actuels chasseurs de mines. Dans cette perspective, les différents types de plateformes susceptibles de pouvoir, à l’avenir, servir de base au développement des futurs bateaux-mères qui mettront les systèmes de drones de guerre des mines, sont testés (voir notre article sur le programme MMCM).

 

La Confiance (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La Confiance (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Entrainement de l’équipage

En plus de ces phases très techniques, l’équipage de La Confiance, constitué de 24 marins, poursuit évidemment la prise en main de son nouveau bâtiment et réalise à ce titre différents exercices. Ce jeudi, un entrainement poussé est d’ailleurs prévu en mer avec les entraineurs de la Force d’Action Navale, qui vont mettre à l’épreuve l’équipage dans les domaines de la protection et de la défense. Des exercices de tir, de mise en œuvre des deux embarcations rapides de 7.5 mètres ou encore d’hélitreuillage sont notamment prévus.

Le grand départ de Brest, initialement prévu lundi prochain, pourrait être légèrement retardé en raison du très gros temps attendu en Atlantique. La Confiance est certes taillée pour pouvoir affronter de grosses mer mais les marins, quand ils n’ont pas d’impératif opérationnel, préfèrent logiquement préserver le matériel, surtout lorsqu’il est flambant neuf et qu’il s’agit d’un premier de série qui doit encore être rôdé.

Passage très attendu en Martinique

Avant de rejoindre la Guyane vers la mi-décembre, le PLG devrait passer par le Cap Vert ainsi que Fort-de-France, une escale importante puisque le bâtiment sera amené à travailler avec les unités de la Marine nationale et d’autres administrations basées en Martinique. De plus, c’est depuis les Antilles que devrait être assuré son soutien technique, sachant que la société bretonne CNN MCO assurera le maintien en condition opérationnelle des PLG.

 

La plage arrière de La Confiance (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La plage arrière de La Confiance (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

En service à partir de mars

A l’issue de nouveaux essais dans la zone guyanaise, pour laquelle elle a été spécifiquement conçue, La Confiance devrait être officiellement réceptionnée par la DGA puis la Marine nationale fin janvier. S’en suivra une période de vérification des capacités militaires et une mise en condition opérationnelle devant déboucher sur une admission au service actif à partir de la fin mars.

En achèvement chez Socarenam, son sistership, La Résolue, devrait quitter Boulogne en avril et, après un passage de quelques semaines à Brest, rejoindra normalement son aînée en Guyane mi-juin. Bénéficiant du retour d’expérience de La Confiance, la montée en puissance du second PLG sera sans doute plus rapide, son admission au service actif étant attendue dès le mois de juillet.

La Capricieuse et La Gracieuse à Brest

Les nouveaux bâtiments vont remplacer à Dégrad-des-Cannes deux patrouilleurs du type P400 datant de 1987. La Capricieuse devrait partir en avril pour Brest afin d’y être désarmée, au moment où l’ASA de La Confiance sera prononcée. Suivant le même principe, La Gracieuse devrait mettre le cap sur la Bretagne en juillet. Les deux coques seront intégrées à la filière de démantèlement.

Comme leurs aînés, les deux nouveaux patrouilleurs français assureront en Guyane des missions très variées. Ils participeront en particulier à la police des pêches, à la lutte contre les trafics illicites et à la protection du centre spatial de Kourou.

 

La Confiance (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

La Confiance (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Marine nationale