Défense
Plongée au coeur de l'IPER du sous-marin Le Téméraire

Reportage

Plongée au coeur de l'IPER du sous-marin Le Téméraire

Le 19 avril dernier, le sous-marin nucléaire lanceur d'engins Le Téméraire est entré au bassin 8, à Brest. Le SNLE y subit son premier grand carénage. Cette opération lourde et complexe, qui s'élève à 200 millions d'euros, durera 21 mois.
Défense

Dans la base navale de Brest, plus de 700 personnes travaillent actuellement sur sous-marin nucléaire lanceur d'engins Le Téméraire. Le navire, qui subi son premier grand carénage depuis sa mise en service, en décembre 1999, est en cale sèche au bassin n°8. Sous l'impressionnant bâtiment de 12.000 tonnes et 138 mètres de long, des dizaines de panneaux de la coque extérieure, en CVR (composite verre-résine), sont entreposés au fond de la forme. Pour résumer cette indisponibilité périodique pour entretien et réparation (IPER), l'expression « mis en pièce » n'est presque pas trop fort. Si le bâtiment bénéficie, à chaque retour de mission, d'un entretien courant de 6 semaines, les arrêts techniques majeurs n'interviennent que tous les 7 à 8 ans (contre 6 ans pour la génération des Redoutable). A part la coque épaisse, une grande partie des équipements du bord est extraite pour être vérifiée, contrôlée ou remplacée. « Les derniers démontages s'achèvent en mai. Au total, 36.000 matériels sont sortis et 13.000 font l'objet d'une visite complète dans nos ateliers », explique Michel Drévillon, responsable de l'IPER. Fin avril, les deux tiers des matérie

Naval Group | Actualité industrie navale de défense