Défense
Plongée dans les archives : le patrouilleur lance-missiles La Combattante
ABONNÉS

Focus

Plongée dans les archives : le patrouilleur lance-missiles La Combattante

Défense
Histoire Navale

Nouvelle plongée aujourd’hui dans les archives avec un célèbre patrouilleur français des Constructions Mécaniques de Normandie. Il s’agit de La Combattante, photographiée ici par Giorgio Arra en juin 1971 au large de Toulon.

Fruit de réflexions initiées à la toute fin des années 50, ce bâtiment fut le prototype d’une nouvelle génération de patrouilleurs, aptes à la mise en œuvre de missiles. Mise sur cale en décembre 1961 aux CMN de Cherbourg, La Combattante est lancée en juin 1963 et entre officiellement en service au sein de la Marine nationale en mars 1964.

Long de 45 mètres pour une largeur de 7.3 mètres et un déplacement allant jusqu’à 230 tonnes en charge, ce patrouilleur est équipé de deux moteurs diesels SEMT-Pielstick et deux lignes d’arbres, sa vitesse maximale étant de 23 nœuds. Son équipage comprend 25 marins, dont 3 officiers.

En plus de son armement de base, constitué de deux canons de 40mm, La Combattante sert de plateforme d’expérimentation de technologies modernes. Ce fut le cas pour de nouvelles armes, comme une version embarquée du petit missile sol-sol SS-11 de Nord-Aviation puis sa variante navale SS-12 (système à quatre rampes sur tourelle) ainsi que le fameux Exocet MM38.

 

La Combattante tirant un Exocet MM38 (© MARINE NATIONALE)

La Combattante tirant un Exocet MM38 (© MARINE NATIONALE)

 

Mais aussi, par exemple, sur des domaines tels la discrétion acoustique et le magnétisme. La Combattante était en effet dotée d’une coque en bois lamellé, collé et plastifié.  Les études sur sa coque serviront d’ailleurs au développement par CMN des chasseurs de mines du type Circé, qui sortent du chantier cherbourgeois en 1972 et 1973.

La Combattante, qui avait également été imaginée pour déployer sur son vaste pont arrière un commando de 80 hommes équipés, est quant à elle versée à la Gendarmerie maritime en 1985 et désarmée en septembre 1996 à Cherbourg, où elle ne fut déconstruite qu'en 2014. Si elle est restée la seule de son type au sein de la marine française, cette unité a donné son nom à une famille nombreuse de patrouilleurs vendus par CMN à plus de 50 exemplaires à travers le monde. Les P400 français sont une émanation de cette famille, que le constructeur normand continue de décliner en différents modèles, qui n’ont évidemment plus grand-chose à voir avec l’original. 

Ce patrouilleur fut le second de la période moderne à porter ce nom au sein de la flotte française. Il y avait eu auparavant  le torpilleur La Combattante, ancien destroyer de 85 mètres de la classe Hunt de la Royal Navy (HMS Halon), offert en 1942 par le gouvernement britannique aux Forces Navales Françaises Libres. Actif sous pavillon tricolore à partir de mai 1943, il assure des escortes de convois et chasse les unités allemandes, parvenant à couler plusieurs unités légères de la Kriegsmarine, dont des vedettes du type S-boote.

 

Le torpilleur La Combattante en janvier 1943 (© IMPERIAL WAR MUSEUMS)

Le torpilleur La Combattante en janvier 1943 (© IMPERIAL WAR MUSEUMS)

 

Engagé dans les opérations de soutien au débarquement du 6 juin 1944 en Normandie, c’est ce bâtiment qui amène le général de Gaulle sur le sol français quelques jours plus tard, lui permettant de réaliser une courte mais cruciale visite marquée par le discours de Bayeux. L’histoire du torpilleur La Combattante fut donc prestigieuse mais très courte puisqu'elle s’achève de manière dramatique le 23 février 1945, lorsque le bâtiment saute sur une mine à l’ouvert de la mer du Nord. Coupé en deux, il coule rapidement. 64 des 181 membres de son équipage y laissent la vie. Les deux parties de l’épave seront retrouvées en 2002 et 2005.

La tradition perdure de nouveau puisqu’une nouvelle unité de la Marine nationale a récemment été baptisée La Combattante. Il s’agit du dernier des trois patrouilleurs Antilles Guyane (PAG), basé à Fort-de-France et qui a été admis au service actif le 23 janvier dernier.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Le patrouilleur La Combattante lors de ses essais en 2019 (© MICHEL FLOCH)

Le patrouilleur La Combattante lors de ses essais en 2019 (© MICHEL FLOCH)

 

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française