Défense
A plus de 30 noeuds, la Jeanne d'Arc bat son record de vitesse !

Actualité

A plus de 30 noeuds, la Jeanne d'Arc bat son record de vitesse !

Défense

Pour son ultime montée en allure, le porte-hélicoptères Jeanne d'Arc a établi son record de vitesse au large du Cotentin. Légèrement aidée par le courant du Raz Blanchard, qui n'a finalement pas été très fort, la vieille dame a atteint, dans la nuit de mardi à mercredi, la vitesse de 30.9 noeuds (au GPS) et 29.4 noeuds (au loch). Quarante-six ans après sa mise en service, la Jeanne fait mieux que les 27 noeuds de son neuvage et offre à son équipage une superbe fin de campagne, la dernière avant son retour à Brest et son désarmement. A l'issue d'une préparation méticuleuse, les machines avant et arrière ont donné, comme on dit, « tout ce qu'elles avaient ». Alors que les quatre chaudières, baptisées Eglantine, Mirabelle, Clara et Morgane, brulaient furieusement le gasoil injecté par les brûleurs, à plus de 240 tours par minute, les deux lignes d'arbres brassaient les eaux sombres de la Manche. Avec ses 40.000 cv sous la carène, le vénérable bâtiment a fendu l'eau à pleine puissance, faisant vibrer ses entrailles et, bien évidemment, les coeurs de ses marins.

En machine avant  (© : MER ET MARINE - YVES MADEC)
En machine avant (© : MER ET MARINE - YVES MADEC)

En machine avant  (© : MER ET MARINE - YVES MADEC)
En machine avant (© : MER ET MARINE - YVES MADEC)

En machine avant  (© : MER ET MARINE - YVES MADEC)
En machine avant (© : MER ET MARINE - YVES MADEC)

En avril, la montée en allure à 26 noeuds avait démontré que le vieux bateau en avait encore dans le ventre. Ce potentiel, malgré l'âge du navire, a pu être poussé au maximum grâce aux équipes des machines, dirigées par le commandant adjoint navigation, le capitaine de vaisseau Didier Nyffenegger. Jusqu'au bout, les mécaniciens n'auront pas ménagé leur peine pour offrir à leur bateau la plus belle des sorties. Il convient donc de leur rendre hommage, tout comme au capitaine de vaisseau Patrick Augier, un mécanicien de formation, qui a pris le « risque » de pousser à fond son bâtiment avec l'aval de l'état-major. L'entretien des machines, la passion des hommes, leur compétence et, on peut le dire, leur foi dans « leur » bébé leur ont permis d'avoir confiance et de réaliser ce défi. La semaine dernière, comme nous avons pu le constater à bord, il y croyaient. Et ils ont eu raison !
Après cette performance historique, la carrière opérationnelle de la Jeanne d'Arc s'achèvera aujourd'hui à Brest, où l'accueil devrait être à la hauteur de l'évènement. Le navire est attendu dans les passes à 14H. Les bâtiments écoles et voiliers de la marine l'attendront, ainsi que de nombreux autres bateaux, comme la Récouvrance ou Notre-Dame de Rumengol. La Jeanne sera également saluée, dans les airs, par un défilé aérien des hélicoptères de Lanvéoc-Poulmic. Rejoignant le port de commerce de Brest vers 15H, le porte-hélicoptères sera une dernière fois ouvert au public, ce week-end. Un feu d'artifice est même prévu samedi, à 23 heures.

Le retour à Brest, en 2009  (© : MARINE NATIONALE)
Le retour à Brest, en 2009 (© : MARINE NATIONALE)

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française