Croisières et Voyages
P&O Cruises se sépare du paquebot Oceana

Actualité

P&O Cruises se sépare du paquebot Oceana

Croisières et Voyages

Alors qu’elle n’a toujours pas pris livraison de son nouveau paquebot géant, l’Iona, construit en Allemagne, la compagnie britannique P&O Cruises, filiale du groupe américain Carnival Corporation, a annoncé hier qu’elle se séparait de l’Oceana. Le navire va quitter sa flotte ce mois-ci, sans que l’on connaisse pour le moment son devenir.

Dernier des quatre paquebots de la classe Sun commandés dans les années 90 pour Princess Cruises, l’Oceana est sorti en 2000 des chantiers italiens Fincantieri sous le nom d’Ocean Princess et a été transféré chez P&O Cruises en 2002, étant au passage rebaptisé Oceana. Long de 261 mètres et affichant une jauge de 77.500 GT, ce navire peut accueillir plus de 2200 passagers.

Princess Cruises, également filiale de Carnival, exploite toujours deux unités de cette classe, le Sun Princess (1995) et le Sea Princess (1998). Mis en service en 1997, l’ancien Dawn Princess a quant à lui été transféré dans une autre compagnie du groupe, P&O Cruises Australia, où il navigue depuis 2017 sous le nom de Pacific Explorer.

En raison de la crise du coronavirus qui a mis à l’arrêt depuis le mois de mars les grandes compagnies de croisière et les obligent à réduire leurs capacités, Carnival a annoncé le mois dernier qu’il allait vendre rapidement six de ses paquebots (le premier à être cédé étant le Costa Victoria) et que d’autres pourraient suivre. La cession de l’Oceana s’inscrit probablement dans ce plan.

« Malheureusement, nous annonçons que l’Oceana quittera la flotte de P&O Cruises ce mois-ci. Bien que l’Oceana nous manquera à tous, son départ nous permettra de nous concentrer sur nos navires restants et la livraison de l’Iona plus tard cette année, suivi de son sistership prévu pour 2022 », a déclaré hier la compagnie.

En dehors de l’Oceana, P&O Cruises aligne cinq autres paquebots, les Britannia (2015), Azura (2010), Ventura (2008), Arcadia (2005) et Aurora (2000).

- Voir notre reportage sur l'Oceana

 

Carnival