Marine Marchande
P&O a encore réduit la voilure dans le Détroit ce week-end

Actualité

P&O a encore réduit la voilure dans le Détroit ce week-end

Marine Marchande

La compagnie britannique a encore réduit la toile sur sa ligne Calais-Douvres ce week-end. Vendredi soir, le ferry Pride of Kent a rejoint le Pride of Burgundy en stand-by au large de Calais. Il ne restait plus en service dans le détroit que trois navires de P&O Ferries, les Spirit of Britain, Spirit of France et Pride of Canterbury. Hier soir, les deux navires étaient toujours au mouillage. Il conviendra de voir si cette situation perdure en ce début de semaine. Il parait en tous cas assez clair que si le trafic, pour le moment uniquement réduit au fret (camions et chauffeurs), ne se redresse pas, de nouveaux désarmements de navires paraissent inévitables. C’est déjà le cas pour le fréteur European Seaways, à quai à Tilbury. Chez DFDS aussi, on a réduit l'effectif ce week-end puisque le Calais Seaways, arrivé samedi soir côté français, n' a pas bougé hier de son quai à Calais. 

Toutes les compagnies travaillant sur le transmanche, et plus globalement les liaisons internationales en Europe, sont touchées de plein fouet par la crise du coronavirus. La réduction drastique puis l’interdiction des touristes avait déjà eu un fort impact, mais c’est désormais le confinement au Royaume-Uni qui touche directement les importations de biens de consommation.

Une situation qui met les armateurs en grande difficulté, a d’importantes conséquences sociales (1100 salariés de P&O, essentiellement du personnel hôtelier, sont par exemple au chômage technique) et n’est évidemment pas tenable dans la durée. Cela, alors que les lignes de ferries furent jusqu'ici cruciales pour les approvisionnements du Royaume-Uni. 

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.