Science et Environnement
Pôle Mer Bretagne : Hervé Moulinier laisse la barre à Dominique Sennedot

Actualité

Pôle Mer Bretagne : Hervé Moulinier laisse la barre à Dominique Sennedot

Science et Environnement

Dominique Sennedot est devenu le 4 avril le nouveau président du pôle de compétitivité Mer Bretagne. Elu lors de l’assemblée générale par le nouveau Conseil d’administration, le patron de DCNS Brest succède à Hervé Moulinier, ingénieur et cadre de Thales, qui est devenu en décembre dernier président de l’Ecole Nationale Supérieure Maritime.  Hervé Moulinier était à la tête du Pôle Mer Bretagne depuis sa création, en 2005. « Les membres du Conseil d’administration ont salué l’implication forte d’Hervé Moulinier, président du Pôle depuis sa création. Après avoir porté le dossier de candidature du Pôle Mer Bretagne en 2005, il s’est donné comme priorité le développement de l’économie maritime en Bretagne, en s’appuyant sur la dynamique collaborative des membres académiques et industriels. Sa forte contribution a permis de faire du Pôle Mer Bretagne un interlocuteur légitime et reconnu de toutes les instances liées au maritime, tant au niveau national qu’européen, et de prouver avec ferveur, à travers les projets labellisés, que la « Mer » est source d’innovation et de développement économique. Hervé Moulinier continuera de s’investir au sein du Pôle en tant que vice-président », précise le Pôle Mer Bretagne.

 

 

Le nouveau directeur de DCNS Brest aux commandes

 

 

Agé de 56 ans, son successeur est lui aussi un ingénieur. Diplômé de l’Ensieta de Brest (devenue ENSTA Bretagne), Dominique Sennedot a intégré en 1982 DCNS Brest, où il s’est occupé de la maintenance des systèmes de navigation. Puis il est devenu chef de projet du système de combat du porte-avions Charles de Gaulle à Toulon. De retour à Brest, Dominique Sennedot a été nommé en 2005 directeur du programme de construction des bâtiments de projection et de commandement (BPC) Mistral et Tonnerre. Deux ans plus tard, il prenait en charge le programme de refonte (IPER – Adaptation) des trois premiers sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) du type Le Triomphant, progressivement portés au standard du quatrième de la série, Le Terrible (2010), doté notamment du nouveau missile balistique M51. Le 2 avril 2013, Dominique Sennedot a succédé à Christian Laurent comme directeur du site brestois de DCNS, qui fait partie des membres fondateurs du Pôle Mer Bretagne. Le groupe, présent au Conseil d’administration depuis 2005, met  à disposition deux personnes au sein de l’Equipe d’Ingénierie et d’Animation du Pôle pour animer les thèmes stratégiques « Naval, nautisme » et « Ressources énergétiques et minières marines ». Par ailleurs, DCNS est associé à de nombreux projets innovants labellisés par le Pôle.

Concernant le Bureau du Pôle Mer Bretagne, en dehors de Dominique Sennedot, ont également été élus le 4 avril Antoine Dosdat (Ifremer) comme secrétaire, Didier Grosdemange (In Vivo) comme trésorier, ainsi que trois vice-présidents : Hervé Moulinier donc, mais aussi Jean-Christophe Piot (CFPR Groupe Roullier) et Paul Friedel (Télécom Bretagne).

 

 

300 adhérents et 161 projets labellisés depuis 2005

 

 

Inscrit dans une dynamique collaborative, le Pôle Mer Bretagne compte 300 adhérents, pour moitié des petites et moyennes entreprises. Contrairement à ce que laisse entendre son nom, cet organisme travaille bien au-delà de la seule Bretagne. Il couvre également la Basse-Normandie et les Pays de la Loire, avec une équipe d’ingénierie et d’animation composée de 28 personnes et intervenant sur les trois régions. Des collaborations ont également été développées avec les territoires d'outre-mer, notamment aux Antilles, à La Réunion et en Polynésie française.

Travaillant étroitement avec son jumeau, le Pôle Mer PACA (Provence Alpes Côte d’Azur), le Pôle Mer Bretagne travaille sur 6 thèmes stratégiques : Sécurité/sûreté maritimes ; Naval/nautisme ; Ressources énergétiques et minières marines : Energies Marines Renouvelables et Offshore profond ; Ressources biologiques marines : Pêches et aquaculture durables, Biotechnologies marines ; Environnement et aménagement du littoral ; Ports, infrastructures et transport maritimes.

Grâce à son soutien, différents projets innovants peuvent voir le jour. Depuis 2005, 161 projets, représentant un budget global de 564 millions d’euros, ont été labellisés par le pôle de compétitivité. Les trois quarts de ces projets ont trouvé un financement et totalisent plus de 140 millions d'euros de financement publics. 25% des projets sont déjà aboutis avec des retombées économiques et la mise sur le marché de produits et services innovants.

On notera enfin que le Pôle Mer Bretagne, qui fait avec son jumeau provençal la promotion de l’ « excellence maritime française », est également impliqué à l’international, avec des accords pour le développement de projets collaboratifs entre grandes régions maritimes dans les domaines des biotechnologies marines, de la pêche-aquaculture, des énergies marines renouvelables : Norvège, Angleterre, Allemagne, Italie, Québec, Maroc, Brésil… Collaboration avec le Pôle Mer PACA pour la promotion de l’excellence maritime française. A travers 4 projets européens (EMSAC, MERIFIC, JERICO, DORIS_Net), le Pôle renforce ses collaborations en Europe qui lui permettent d’affiner son expertise sur les besoins d’innovation et de faciliter le positionnement de ses membres sur les marchés émergents : EMR, gestion des eaux côtières et estuariennes, services satellitaires,…

Pôles de compétitivité