Marine Marchande
Pollution d'Abidjan : Les déchets arrivent en France

Actualité

Pollution d'Abidjan : Les déchets arrivent en France

Marine Marchande

Après le scandale des déchets toxiques qui ont provoqué huit décès, cet été, à Abidjan, une partie de ces produits est arrivée hier matin au Havre, en présence de Nelly Olin, ministre de l'Ecologie. Le MN Toucan, un roulier de 125 mètres habitué au port du Havre puisque conçu pour transporter des éléments de la fusée Ariane vers Kourou (Guyane), a accosté avec 141 conteneurs. Ces boites, contenant déchets et sédiments contaminés, seront acheminées au sud de Lyon et incinérée au centre de traitement thermique du groupe Séché Environnement à Salaise-sur-Sanne (Isère). Sollicité par les autorités ivoiriennes, le gouvernement français a dépêché, cet été, des experts chargés d'évaluer l'ampleur de la crise, aider les services locaux à circonscrire les risques sanitaires et à trouver une solution pour le traitement des produits chimiques. En tout, quelques 6000 tonnes de matériaux ont été récupérés pour être rapatriés en Europe. Ce chiffre n'est, toutefois, peut être pas encore définitif, Tredi poursuivant son travail de dépollution à Abidjan. La société a, par ailleurs, entrepris de former les Ivoiriens à la gestion de ce type de problème. Face à l'ampleur de la catastrophe, qui a provoqué l'intoxication de milliers d'habitants, la France a été le seul pays à proposer de rapatrier ces déchets provenant du sol européen. « L'insuffisance des moyens techniques disponibles sur place et l'intention formulée par les autorités de Côte d'Ivoire de construire un bunker pour les déchets a fini d'étayer la conviction qu'il était indispensable de débarrasser le plus vite possible le sol ivoirien des déchets débarqués du Probo Koala », explique l'association Robin des Bois

Stockage chez Sogestran avant un transfert en Isère

Le choix du Havre pour débarquer les déchets a été dicté par la présence de LBC Sogestran, société spécialisée dans la manutention et le stockage de produits dangereux. L'entreprise, qui travaille notamment avec Ariane Espace pour le stockage du carburéacteur des fusées, dispose de deux entrepôts spécialisés. Ces bâtiments abriteront les chargements toxiques en provenance de Côte d'Ivoire, avant leur transfert progressif vers Salaise-sur-Sanne, l'écoulement des conteneurs vers la région Rhône-Alpes dépendant des capacités d?incinération de l?usine Tredi. Le mode de transport nécessaire à l'acheminement des déchets n?est pas encore retenu avec certitude. L'association environnementale réclame que les cargaisons confinées soient acheminées par trains : « Robin des Bois va s'attacher maintenant, en liaison avec les services de l'Etat, le Ministère de l'Ecologie et les associations, à faciliter la fluidité et la transparence des phases de transit et d'élimination des 6.000 tonnes de matériaux décapés à Abidjan. Il sera en particulier veillé à ce que l'acheminement entre le Havre et le sud de Lyon se fasse régulièrement et par voie ferroviaire. Etant donné que le caractère dominant des matériaux à traiter relève de la teneur en soufre, Robin des Bois souhaite par ailleurs que les relevés des composés soufrés à la sortie de la cheminée du four 2 du site d'incinération ». L'association, comme les autorités ivoiriennes, réclament désormais que toute la lumière soit faite sur les responsabilités des différents protagonistes. Désigné comme coupable, le Probo Koala, en provenance des Pays-Bas, est suspecté d'avoir débarqué, en août, à Abidjan, 528 tonnes de produits dangereux qui furent, par la suite, répartis dans 17 décharges et terrains vagues de la ville. Deux cadres de l'affréteur, la société Trafigura, ont été incarcérés à Abidjan. Le montant du préjudice devra être déterminé, tout comme le rôle de l'Europe dans l'exportation de ses déchets vers les pays du sud. D'ici là, trois ou quatre voyages maritimes supplémentaires devraient être nécessaires pour évacuer l'ensemble des déchets et de la terre souillée.

Accidents, pollutions Port du Havre