Vie Portuaire
Pollution en Loire : 400 tonnes de fuel lourd s'échappent du terminal pétrolier de Donges

Actualité

Pollution en Loire : 400 tonnes de fuel lourd s'échappent du terminal pétrolier de Donges

Vie Portuaire

Pompiers, agents communaux, unités de la sécurité civile, navires de lutte contre la pollution... L'Etat, les collectivités locales et Total ont déployé d'importants moyens pour nettoyer les berges de la Loire. L'estuaire a été souillé, sur une vingtaine de kilomètres, suite à un incident survenu dimanche sur le terminal pétrolier de Donges. Une canalisation assurant la liaison entre le quai et la raffinerie Total a laissé s'échapper 400 tonnes de fuel lourd. Une bonne centaine de tonnes de ce produit visqueux et très toxique se seraient répandues dans le fleuve. Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie, s'est rendu sur place, évoquant une pollution « grave » en raison de la fragilité de cette zone naturelle.
Le déversement du fuel dans la Loire a été détecté au niveau du poste 2 mais, après investigation, il s'est avéré que la fuite provenait, en réalité, de la canalisation desservant le poste 6, où le tanker Ocean Quest était en cours de chargement. La fuite de s'est pas produite au niveau des quais mais entre celui-ci et la raffinerie. Hier, des traces de pollution, plus ou moins visibles, étaient constatées sur plusieurs kilomètres dans l'estuaire, soumis au mouvement des marées. Ainsi, des boulettes d'hydrocarbures ont été retrouvées à Paimboeuf et Saint-Nazaire. Dès l'alerte donnée, les personnels de Total ont disposé dimanche des barrages pour tenter de contenir la pollution. « Il y a eu une très grande réactivité. On a mis tout de suite en place des barrages absorbants et constitué un remblai pour que rien ne parte plus dans la Loire », explique-t-on chez Total. Le groupe pétrolier, qui a mobilisé tous ses moyens, a immédiatement contacté des sociétés spécialisées dans le pompage.

Total va prendre en charge le coût du nettoyage

La préfecture a mis en garde la population contre la nocivité du produit, qui ne doit être manipulé sous aucun prétexte sans protections. Pompiers et agents des collectivités territoriales étaient sur place, hier, pour débuter le nettoyage. Des renforts de la sécurité civile sont arrivés dans la journée alors que la préfecture maritime de l'Atlantique faisait appareiller l'Argonaute de Brest. Le bâtiment de soutien et de lutte contre la pollution est attendu ce matin dans l'estuaire de la Loire. D'autres moyens en provenance de la Méditerranée ont été mobilisés. En tout, 200 personnes étaient ce matin à pied d'oeuvre, une dizaine de tonnes de déchets étant déjà collectés par les premières équipes des pompiers et de la sécurité civile. En dehors de l'Argonaute, deux autres navires sont déployés, dont un bateau de pêche équipé d'un chalut de ramassage d'hydrocarbures.
Les associations de défense de l'environnement ont déploré cette nouvelle pollution à Donges, qui fait suite à la collision de deux butaniers, en janvier 2006, et de la fuite d'eaux de déballastage, en mai 2007. « Il s'avère donc que l'interface raffinerie, quai et navire est une menace permanente et redondante pour l'estuaire de la Loire. Des consignes de vigilance et des exhortations à la prudence doivent être renouvelées auprès de toutes les professions portuaires », affirme notamment Robin des Bois, qui réclame un « suivi des populations de poissons et d'oiseaux ». Chez Total, on rappelle que les deux précédents incidents étaient beaucoup moins graves, les produits déversés étant nettement moins nocif que le fioul lourd. L'entreprise assure que « tout est mis en oeuvre pour assurer la sécurité sur le site ». Le groupe pétrolier a, par ailleurs, indiqué ce matin qu'il allait prendre en charge le coût du nettoyage lié à la pollution.
Le terminal pétrolier de Donges traite, chaque année, une quinzaine de millions de tonnes d'hydrocarbures, dont 10 millions de tonnes de pétrole brut.

Pollution en mer et accidents Port de Nantes Saint-Nazaire