Vie Portuaire
Pollution en Loire : La Région porte plainte et se constitue partie civile

Actualité

Pollution en Loire : La Région porte plainte et se constitue partie civile

Vie Portuaire

Après la fuite accidentelle survenue le mars à la raffinerie Total de Donges et le déversement d'une centaine de tonnes de fioul lourd dans l'estuaire, la région des Pays-de-la-Loire annonce qu'elle a déposé plainte et s'est constituée partie civile. En avril, le Conseil régional avait fait désigner un huissier pour déterminer l'ampleur et les zones touchées par la Pollution. « Aujourd'hui, sur la base de ce rapport, et compte tenu de l'enjeu majeur que constitue l'estuaire de la Loire pour la Région des Pays de la Loire, et du nouveau préjudice subi, le Conseil régional, par la voix de son Président, Jacques Auxiette, vient de porter plainte en se constituant partie civile pour pollution dans les eaux superficielles, souterraines ou les eaux de la mer, dans le cadre de l'information judiciaire sur la pollution pour laquelle Total France a officiellement reconnu sa responsabilité », indique la Région.

« S'assurer que toutes les mesures de sécurité sont prises »

Jacques Auxiette tient à souligner qu'« il ne s'agit pas de remettre en cause toute activité industrielle et portuaire, indispensables à l'économie régionale, mais de reconnaître le caractère exceptionnel et fragile de cet espace naturel et de s'assurer que toutes les mesures de sécurité sont prises pour y limiter les accidents ». La zone de l'estuaire est reconnue « zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique », label réglementaire dont l'objectif est d'identifier et de décrire des secteurs présentant de fortes capacités biologiques et un bon état de conservation.
La Région rappelle qu'elle s'est engagée depuis plusieurs années dans une procédure pouvant aboutir à une réserve naturelle dont une partie du périmètre pressenti a été polluée ; elle accompagne financièrement le Conservatoire de l'Espace littoral et des rivages lacustres pour la préservation des terrains qu'il possède dans l'estuaire. De plus, la collectivité territoriale est membre du GIP Loire Estuaire, dont l'une des principales missions est la restauration du fonctionnement de l'estuaire en aval de Nantes et de la restauration hydraulique des zones humides estuariennes. Il s'agit aujourd'hui d'obtenir les réponses aux questions que différentes collectivités et associations posent concernant la chaine des responsabilités et de savoir, «si les dispositifs d'alerte et les procédures d'intervention d'urgence sont bien à la hauteur des enjeux », conclut Jacques Auxiette.
Outre le Conseil régional, plusieurs collectivités et associations, ainsi que le port autonome, avaient annoncé leur intention de porter plainte.
Suite à une fuite sur une canalisation reliant la raffinerie aux quais de chargement des pétroliers, 400 tonnes de fioul lourds s'étaient échappé du tuyau, une centaine de tonne environ se déversant dans la Loire. Total avait immédiatement mobilisé d'importants moyens, et annoncé qu'il prendrait les frais occasionnés par l'accident à sa charge. En avril, la facture était estimée à une quinzaine de millions d'euros.
Pour mémoire, des centaines de personnes ont été mobilisées pour nettoyer les berges de la Loire, touchées, avec les marées, sur plusieurs dizaines de kilomètres. Des traces de la pollution avaient même été retrouvées jusqu'aux îles de Ré et d'Oléron.

Port de Nantes Saint-Nazaire Pollution en mer et accidents