Science et Environnement
Pollution : Surfrider mobilise des milliers de bénévoles pour le nettoyage des plages

Actualité

Pollution : Surfrider mobilise des milliers de bénévoles pour le nettoyage des plages

Science et Environnement

Durant les trois jours du week-end pascal, l'association Surfrider Foundation Europe a mobilisé des milliers de bénévoles sur les plages françaises et européenne. Pour la treizième année consécutive, il s'agissait de nettoyer le littoral, soumis à une importante pollution. Baptisée Initiatives Océanes, l'opération convie chaque année le public à venir préserver l'environnement. « Les Initiatives Océanes sont la possibilité pour chacun d'organiser une opération locale pour le bien-être de la planète. Le but est bien sûr de nettoyer mais aussi de montrer à tous -citoyens et pouvoirs publics- qu'il est temps d'agir. La sensibilisation concerne bien évidemment la problématique des déchets mais aussi l'enjeu écologique planétaire qu'est le changement climatique », explique Surfrider Foundation. Afin de marquer son soutien à cette initiative, le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, a fait le déplacement samedi dernier en compagnie de Michèle Alliot-Marie sur une plage des Pyrénées Atlantiques, où les deux membres du gouvernement ont encouragé les bénévoles.

Du plastic aux déchets sanitaires en passant par les déchets médicaux

« Le débarquement est incessant avec des pics saisonniers d'emballages de flacons de crèmes solaires, de jouets en plastiques, de préservatifs et de tampons hygiéniques, de seringues, de ballons et des arrivages réguliers de plastiques alimentaires, de déchets d'entretien mécanique, de nettoyants industriels, d'engins de pêche, de plastiques agricoles et aquacoles », rappelle quant à elle l'association Robin des Bois. Le 31 décembre, cette dernière a, par exemple, amassé sur 2 kilomètres de plage, en Manche, une hallucinante collection de ballons colorés, vestiges des fêtes de Noël (*).
Selon la Convention OSPAR pour la protection de l'Atlantique du Nord-Est, les déchets sur les plages sont par ordre décroissant les plastiques, des déchets sanitaires, des papiers cartons, des bois ouvragés, des métaux, du verre, du caoutchouc, des déchets médicaux et des céramiques. « En plus des pertes de cargaison pendant les tempêtes, les cinq sources majeures des macro-déchets solides échoués sur les plages sont le tourisme, les activités de loisir, les déchets opérationnels de navigation et d'activités off-shore, les déchets de pêche et d'aquaculture, les déchets domestiques et sanitaires jetés par-dessus bord ou charriés par les fleuves. Il est difficile de faire la part entre les origines maritimes et les origines telluriques ».

Du nettoyage des plages à celui des lacs et rivières

Selon Robin des Bois, « l'envahissement de la mer et du cordon littoral par des déchets d'origine humaine entraîne des coûts économiques importants dus aux nettoyages systématiques des plages avant et pendant les vacances, à la perte de fréquentation touristique, de même que des risques dus à l'immobilisation des systèmes de propulsion des navires et à l'utilisation de varech pollué par l'agriculture littorale ». L'association note également que l'ingestion des déchets par les mammifères marins, les tortues marines, les oiseaux de mer provoque des pertes d'appétence, des retards de croissance, une imprégnation toxique, des morts par étouffement. La fragmentation microscopique du plastique et du polystyrène contamine les niveaux inférieurs des chaînes alimentaires marines.
Au travers des « IO », Surfrider Foundation Europe tire donc la sonnette d'alarme et étend son champ d'action. Depuis cette année, l'association mobilise également les citoyens pour nettoyer lacs et rivières. « En effet, explique-t-elle, les eaux continentales sont les vecteurs privilégiés des pollutions des côtes ».
_______________________________________________

- Plus d'informations sur le site des Intiatives Océanes

(*) Voir l'étonnant reportage photo de Robin des Bois