Marine Marchande
Polynésie : Le câblier Ile de Ré rejoint la zone du crash de Moorea

Actualité

Polynésie : Le câblier Ile de Ré rejoint la zone du crash de Moorea

Marine Marchande

Le câblier Ile de Ré, d'Alcatel-Lucent et Louis Dreyfus Armateurs, devrait rejoindre, le 26 ou le 27 août, la zone où l'appareil d'Air Moorea s'est abimé en mer, jeudi dernier. Juste après son décollage de l'île de Moorea, en direction de Tahiti, l'avion s'était crashé avec 20 passagers à son bord. Equipé d'un robot sous-marin du type ROV (Remote Operated Vehicule), l'Ile de Ré devra retrouver l'enregistreur de conversation du Twin Otter, dont les débris gisent par 430 mètres de fond. Selon le Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA), qui a affrété le câblier, cet équipement est conçu pour émettre un signal de positionnement durant trente jours. Son analyse devrait permettre de mieux comprendre les circonstances de l'accident. Pour l'heure, seuls 14 corps ont été retrouvés.
Basé à Nouméa, l'Ile de Ré travaillait sur la pose d'un câble sous-marin entre la Nouvelle Calédonie et l'Australie. Ces travaux ont été interrompus, en accord avec le client, afin de permettre les recherches de Moorea. Long de 143 mètres pour une jauge de 14.000 tonneaux, l'Ile de Ré a été construit en 1983. Il fait partie des quatre câbliers détenus en copropriété par Louis Dreyfus Armateurs et Alcatel-Lucent au sein de leur filiale, Alda Marine, et gérés techniquement par LDA. Pour la compagnie, la mission de Moorea n'est pas une première. En 2004, le câblier Ile de Batz était déjà intervenu au large de Charm el-Cheikh, en Egypte, afin de retrouver la boîte noire du Boeing 737 de Flash Airlines. Ce drame avait fait 148 morts, dont 134 Français.

Louis Dreyfus Armateurs Alcatel-Lucent