Disp POPIN non abonne!
Marine Marchande

Actualité

Polynésie : Le Thorco Lineage à Papeete au terme d'un sauvetage remarquable

Marine Marchande
Défense

Le vraquier philippin Thorco Lineage, qui s'était échoué le 23 juin à Raroia, est arrivé mercredi à Tahiti. C'est le remorqueur Aito Nui, du port autonome de Papeete, qui l'a convoyé vers le port polynésien, soit un transit de 700 km. Il était accompagné du bâtiment multi-missions (B2M) Bougainville, de la Marine nationale, parvenu à le déséchouer samedi dernier.

Désormais à quai, le Thorco Lineage, navire de 132 mètres transportant 10.200 tonnes de calcine de zinc, sera ensuite pris en charge par le remorqueur hauturier affrété par son armateur et qui fait actuellement route depuis San Diego. Il devrait arriver le 13 juillet à Papeete pour amener le vraquier se faire réparer dans un port « disposant de capacité de réparation adaptées ». L'armateur a missionné pour le sauvetage de son vraquier les sociétés Smit Salvage et Nippon Salvage.

Ces dernières ont dépêché dès le début de l'opération une équipe d'une dizaine d'experts (dont un salvage master), qui s'est rendue à Raroia, dans l'archipel des Tuamotu, en même temps que l'équipe d'évaluation envoyée par les autorités françaises. Celles-ci avaient dans un premier temps envoyé un avion de surveillance maritime Gardian, puis un hélicoptère Dauphin, afin de constater la situation du navire, découvert par les habitants puisque l’équipage, sain et sauf, n’avait pas signalé l’avarie qui faisait dériver le Thorco Lineage depuis plusieurs jours. Heureusement, le Bougainville, alors en mission de police des pêches dans les Marquises, fut immédiatement, sur ordre de l'amiral commandant les forces françaises du Pacifique, mobilisé pour se rendre à Raroia, parcourant en 48 heures les 900 kilomètres qui l'en séparaient.

 

Le Thorco Lineage déséchoué par le Bougainville (© HC POLYNESIE)

Le Thorco Lineage déséchoué par le Bougainville (© HC POLYNESIE)

 

Une décision salvatrice puisqu’à l’arrivée du B2M, le vraquier était encore sauvable, mais sa coque risquait de se dégrader de manière irrémédiable très rapidement (on parle d'un à deux jours). Seul moyen disponible sous très faible préavis, le Bougainville a pu intervenir à temps.  Une convention de mise à disposition a dans cette optique été signée entre la Marine nationale et l'armateur, pour permettre à Smit et Nippon Salvage d'utiliser le B2M afin de déséchouer le Thorco Lineage. Même si sa capacité de traction est relativement limitée (30 tonnes au croc), le bâtiment militaire est parvenu à extraire le Thorco Lineage, qui heureusement  ne reposait que par l'arrière sur le platier de Raroia. Les marins français sont intervenus sous la conduite des sauveteurs mandatés par l'armateur, qui s’étaient installés sur le vraquier, où se trouvait aussi une équipe française, avec notamment un pilote militaire de la base navale de Papeete. Le premier-maître Nicolas, également expert en pollutions maritimes, a selon le commandement en Polynésie réalisé « un travail exceptionnel » dans la coopération et la coordination avec Smit et Nippon pour évaluer la situation du navire et engager les moyens qui ont permis de le sauver.

 

Le Thorco Lineage déséchoué par le Bougainville (© HC POLYNESIE)

Le Thorco Lineage déséchoué par le Bougainville (© HC POLYNESIE)

Le Thorco Lineage déséchoué par le Bougainville (© HC POLYNESIE)

Le Thorco Lineage déséchoué par le Bougainville (© HC POLYNESIE)

 

Une opération remarquable, qui a sans doute permis d’éviter un désastre écologique aux Tuamotu et démontrer l’intérêt pour la Marine nationale de disposer Outre-mer de plateformes polyvalentes comme les B2M. Car le Thorco Lineage, condamné de l’avis des experts à une perte certaine s’il était resté plus longtemps coincé à Raroia, aurait pu déverser en mer non seulement son carburant de propulsion, soit 500 tonnes de fuel lourd, mais aussi sa cargaison. Du calcine de zinc qui, mélangé à de l’eau, est extrêmement nocif pour la faune et la flore.

Accidents, pollutions